Le volant des puristes ou la manette des amateurs ?

Le développement des disciplines d'eSport a touché Le Mans, avec l'annonce en août 2018 des Le Mans Esports Series, regroupant différentes compétitions qui auraient pour point d'orgue la finale qui se disputera lors des 24 Heures du Mans 2019, au mois de juin. Si le prix pour le vainqueur de cette finale sera tout de même de 160'000 dollars, soit 140'000 euros, c'est un autre point du règlement qui a attiré l'œil (et les foudres) de la communauté de Forza Motorsport.

En effet, c'est sur le jeu édité par Microsoft et développé par Turn 10 que se déroulent les Le Mans Esports Series. Le championnats eSports sur Forza autorisaient jusqu'ici les compétiteurs à jour soit au volant, soit à la manette. Or, le règlement des LMES oblige désormais les compétiteurs à jouer au volant, retirant la possibilité à ceux utilisant une manette de s'engager sur les compétitions publiques disputées lors de divers événements.

Là où la communauté entourant Forza n'a pas adhéré à ce concept, c'est parce que la série a proposé historiquement un concept tourné vers l'arcade, contrairement à des jeux comme Assetto Corsa, beaucoup plus axés sur la simulation. Et bien que Forza Motorsport soit moins orienté arcade que sa déclinaison en monde ouvert, Forza Horizon, certains afficionados du jeu ont tout de suite regretté ce choix de priver les compétiteurs de manettes.

Le volant, obligatoire pour le pilotage ?

Face à ces arguments, on trouve évidemment des justifications logiques, qui expliquent qu'on ne peut pas proposer un championnat virtuel de compétition automobile sans avoir au moins le maniement d'un volant et le dosage de pédales qui soient compris dans le pilotage. Avec l'émergence de l'eSport et la place prise par celui-ci dans le paysage des sports mécaniques, il semble de plus en plus improbable pour la communauté des autres disciplines de compétitions virtuelles d'y prendre part sans avoir un minimum de matériel, à savoir un ensemble volant / pédales.

"Ma réaction initiale a été du scepticisme, l'utilisation d'un volant est nouvelle pour moi et pour la plupart des joueurs de Forza, donc je ne savais pas à quoi m'attendre", a déclaré Tobin Leigh, l'un des pilotes en lice pour viser la victoire finale des LMES. "Mais en même temps, j'étais assez excité car je savais que ça bouleverserait le peloton. Cela a été le cas et c'est une bonne chose. Il y a certains Champions de ForzaRC (Forza Racing Championships) qui ont des difficultés comme Laige, tandis que ça attire d'autres joueurs vers Forza, comme Isaac [Price], qui s'est rapidement intégré et adapté à Forza. Je ne savais pas à quoi m'attendre mais je suis heureux de mon adaptation et de ce qui en est ressorti."

Mais pour Leigh, utiliser les volants sert surtout à légitimer les pilotes virtuels, souvent critiqués pour leur prétendu manque de talent derrière un volant : "Cela améliore l'image de la scène Forza car il y a un grand débat au sujet des jeux vidéo à la suite de l'utilisation des manettes par les joueurs de Forza, et ils disaient que les joueurs de Forza n'avaient aucun talent au volant. Je pense que nous avons désormais prouvé que nous en avons."

Le leader de la série, Arnold, a conforté sa place lors de l'Autosport International Show où se déroulait une nouvelle manche des LMES. Il en a profité pour appuyer les propos de son dauphin au classement : "J'ai joué sur d'autres plateformes au volant et jouer à Forza dans les mêmes conditions ne faisait pas une grande différence. Beaucoup de monde a eu du mal, mais pour moi c'était naturel. On entend beaucoup que ce n'est pas de la vraie simulation, je peux le comprendre, mais j'espère que les LMES montreront que les compétiteurs de Forza qui jouent à la manette sont tout aussi bons."

Cependant, le défi a été annoncé longtemps avant la date prévue, et les compétiteurs n'ont pas été pris en traîtres pour avoir le temps de se familiariser avec l'usage d'un volant. Malgré cela, les qualifications se font encore beaucoup en utilisant une manette, ce qui permet d'avoir un groupe de compétiteurs plus serré dans les meilleurs temps, et de laisser leur chance à davantage de pilotes virtuels. Et si les LMES ne veulent pas révolutionner le fonctionnement de la communauté Forza, elles revendiquent toutefois un certain professionnalisme.

Capture de Forza Motorsport 7
 

Forza Horizon 4 : McLaren Senna vs motocross

'