Mais ils ne flashent pas...

Invité sur RMC mardi, Christophe Castaner a fait une révélation étonnante au sujet des radars automatiques qui ont été bâchés : ils continuent de mesurer la vitesse ! Entre la loi 80 km/h et le mouvement des Gilets Jaunes, les radars automatiques ont été victimes de nombreuses dégradations, allant d'un simple sac poubelle pour les recouvrir à la destruction pure et simple des appareils.

Le total des appareils hors d'usage a franchi les 60 %, mais ceux qui ont simplement été recouverts ne se sont pas arrêtés de fonctionner pour autant, comme l'a confirmé le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner : "Certains sont juste bâchés et donc on a la photographie qui ne peut plus se faire, mais on a toujours le radar qui permet d’enregistrer la vitesse de passage des véhicules. Sur ces radars-là, on a constaté une augmentation de 268% des infractions, même si elles ne sont pas formalisées par un PV."

Les automobilistes, visiblement soulagés de voir les radars en question inactifs, ne se sont pas limités en termes de vitesse devant ceux-ci, expliquant cette augmentation des chiffres. Néanmoins, un radar bâché pourra enregistrer un excès de vitesse, mais aucune contravention ne sortira de cet enregistrement. Si vous vous demandez comment c'est possible, sachez que ça repose sur le principe même du fonctionnement des radars : l'effet Doppler-Fizeau.

Le principe des radars fixes repose sur des ondes électromagnétiques émises en continu et réfléchies par le passage des voitures. Les voitures s'en approchant et s'en éloignant renvoient des ondes différentes, à plus ou moins grande fréquence, et c'est justement cette différence entre la fréquence initiale et celle renvoyée qui permet de mesurer la vitesse. Cependant, en l'absence de flash, aucune image ne pourra être exploitée et aucune contravention dressée.

 

Le responsable du design de Renault parle de la nouvelle Clio

'