45 ans à accumuler la poussière...

Cet ancien atelier spécialisé dans le travail de métal, qui servait également d'entrepôt de production textile, sera mis en vente prochainement. Et cette Packard de 1927 doit s'installer dans un autre lieu de stockage.

Vendu neuf à Philadelphie en 1927, cette Packard a été acheté d'occasion dans les années 40 par l'ancien propriétaire de l'usine et fut utilisée quotidiennement durant plus d'une décennie. D'après les vidéos diffusées récemment par l'intermédiaire de Iron Trap Garage, la voiture semble être une berline Packard Six, affichant seulement 16'000 km au compteur.

Des problèmes mécaniques auraient commencé à affecter le véhicule au milieu des années 50, lequel a ainsi cessé de parcourir les routes. Initialement, il était stocké dans le garage de l'un des membres de la famille de son propriétaire, mais des événements ont contraint la Packard à sortir de son entrepôt habituel, et le propriétaire a choisi de ranger la voiture dans l'usine pour la garder en sécurité.

La Packard y est ainsi demeurée de 1974 au… mois de janvier dernier, accumulant ainsi la poussière durant 45 ans -, avant que le fils du propriétaire ne revienne sur les lieux pour sauver le véhicule d'avant-guerre, qui se cachait toujours dans un bâtiment qui contient également de nombreux souvenirs de famille.

1927 Packard découvert dans une usine abandonnée après plus de 40 ans

Mémoire d'une époque où l'acquisition d'une Packard était symbole de réussite, cet exemplaire de 1927 dispose de nombreuses caractéristiques de son époque qui ajoute à son charme, notamment au niveau de son intérieur. On y retrouve ainsi des stores de courtoisie au niveau des fenêtres du compartiment arrière, une barre levier servant de repose-pieds pour les passagers arrière, un volant en bois, des interrupteurs d'éclairage entre les parties avant et arrière de la voiture, et un appareil de chauffage Duplex installé au sol.

Preuve de sa qualité de fabrication, la Packard n'a pas bronché lors de son déplacement, et a été tranquillement hissé sur une remorque. Au contraire de la porte de l'usine, qui était si rouillée et grippée qu'elle s'est montrée extrêmement difficile à ouvrir.

De retour au sein de la famille, et entreposée à nouveau dans un garage convenable en toute sécurité, cette Packard de 1927 attend désormais un gros travail de restauration pour être ramenée à l'état neuf.