La tendance de la fin de l'année dernière n'aura pas tenu longtemps.

Vous n'entendez quasiment plus parler des prix des carburants ? C'est presque normal puisque ceux-ci n'ont pas été aussi bas depuis maintenant pratiquement un an. Il faut dire que l'annulation de la hausse des taxes au début de l'année 2019 a contribué à conserver des prix relativement contenus. En effet, lors du premier pointage au 4 janvier dernier, le litre de sans-plomb 95 E10 s'affichait à 1,3813 euros en moyenne, soit un chiffre que nous n'avions plus vu depuis a fin de l'année 2017. Concernant le litre de diesel, celui-ci s'affichait à 1,3760 euros, soit son niveau le plus bas depuis le mois de mars 2018.

Problème, depuis le début de l'année, les prix sont repartis à la hausse, en témoigne le dernier rapport réalisé par le ministère de la transition écologique. En effet, le 22 février, le litre de sans-plomb 95 E10 atteint une moyenne dans les stations de 1,4360 euros, tandis que le litre de gazole s'affiche en moyenne à 1,4503 euros. Si vous faites le calcul, depuis le début de l'année, le litre de gazole a pris plus de sept centimes tandis que le litre de sans-plomb 95 a augmenté de plus de cinq centimes.

Si, une fois n'est pas coutume, cette augmentation n'est pas due aux taxes, comment expliquer cette hausse constante depuis début 2019 ? Les cours du baril de Brent sont en progression depuis le 1er janvier, ce qui implique donc une hausse malheureusement logique au niveau des prix pratiqués en stations. Si, au 4 janvier dernier, le baril s'affichait à "seulement" 51 dollars, ce n'est plus le même cas de figure aujourd'hui puisqu'il s'affiche à un peu plus de 69 dollars, après avoir stagné à environ 61 dollars pendant quelques semaines entre mi-janvier et début février. Beaucoup de variables entrent en compte, diplomatiques surtout, comme par exemple les relations entre la Chine et les États-Unis loin d'être au beau fixe ou encore les accords de baisse de la production par les principaux producteurs membres de l'Opep, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, et la Russie.

'