Le Conseil européen doit maintenant voter pour que ces mesures entrent en vigueur ou non.

Mardi 16 avril 2019, les parlementaires européens ont voté à 578 voix contre 30 pour l'adoption des aides à la conduite dites actives. Ces équipements seront obligatoires à partir de mai 2022 sur toutes les voitures neuves commercialisées en Europe. Ils comprennent un système de freinage d'urgence qui équipe déjà la plupart des véhicules neufs, mais aussi, un système de maintien dans la trajectoire et un enregistreur d'événements. Ce dernier est une sorte de boîte noire, qui enregistre les faits et gestes des conducteurs et qui permet de déterminer les responsabilités de chacun en cas d'accident. Enfin, il est prévu l'installation d'un adaptateur de vitesse intelligent, qui incite le conducteur à ne pas dépasser la vitesse autorisée. Ce dernier équipement n'est pas encore bien clair, car il n'est pas précisé si ce régulateur de vitesse intelligent agit sur le véhicule de manière autonome, ou s'il avertira seulement le conducteur grâce à des voyants lumineux ou bips sonores.

Le texte voté par les eurodéputés incite les constructeurs à faciliter l'installation d'un éthylomètre antidémarrage, d'un avertisseur de somnolence et de perte d'attention. Une fois de plus, on retrouve déjà ces équipements dans nos voitures mais à partir de 2022, ils seront généralisés et obligatoires.

Au final, mis à part l'adaptateur de vitesse intelligent et l'enregistreur d’événements, tous les systèmes rendus obligatoires par le Parlement européen à partir de 2022 sur les voitures neuves sont déjà assez répandus. Ils sont proposés par les constructeurs en option ou dans des "pack", mais ils seront rapidement de série pour se conformer à la nouvelle législation. Cela risque d'augmenter le prix d'entrée de gamme de nos autos, mais Róża Thun, eurodéputé et rapporteure de ce texte affirme que "La plupart de ces solutions sont numériques et une production en masse de ces solutions numériques ne rend pas les voitures plus chères".

Ces nouvelles mesures doivent être approuvées par le Conseil européen avant d'entrer en vigueur.

Voici la liste complète des équipements rendus obligatoires : 

  • Système d’adaptation intelligent de la vitesse  
  • Système de freinage d'urgence
  • Système de maintien dans la trajectoire
  • Enregistreur de données d’événements ("boîte noire")
  • Détection en marche arrière avec caméra pour éviter les collisions avec les personnes et les objets situés derrière le véhicule
  • Avertisseur de somnolence et de perte d’attention du conducteur
  • Reconnaissance avancée de distraction du conducteur (s'il utilise son smartphone au volant par exemple)
  • Signal de freinage d’urgence sous forme de signal lumineux pour indiquer aux usagers derrière le véhicule que le conducteur freine brusquement
  • Système de surveillance de la pression des pneus 
  • Facilitation de l’installation d’un éthylomètre antidémarrage

Ces nouvelles mesures visent à sauver des vies, car si les routes européennes sont parmi les plus sûres au monde, l'Union européenne veut aller au-delà et réduire significativement la mortalité routière. Dans les 28 pays membres de l'UE, on compte 49 décès dus aux accidents de la route pour 1 million d'habitants. 

Source : Parlement européen

'