Une décision assez radicale.

Depuis le 8 juillet, toutes les rues de Bègles, une commune de 27'000 habitants, sont limitées à 30 km/h. Une première en France pour une ville de cette taille.

"Cette décision municipale intervient dans un souci de meilleur partage de l’espace public et de sécurité", se justifie l'équipe dirigeante de cette commune collée à Bordeaux. L'objectif est également de réduire les nuisances sonores et la pollution générées par la circulation. 

Clément Rossignol Puech, le maire écologiste de Bègles, espère que cette décision sortira la ville des itinéraires Waze. D'après lui, l'application de navigation a amené un flot considérable de voitures dans la ville, provoquant une saturation "des petites rues résidentielles qui n'ont pas à supporter un trafic de transit pour lequel elles ne sont pas adaptées". À ceux qui l'accusent de ne pas se soucier des conséquences que sa décision pourrait avoir sur la circulation dans les communes avoisinantes, l'élu répond : "Je ne pousse pas les voitures dans les autres communes mais je renvoie ces véhicules vers les voies structurantes faites pour la circulation. Et peut-être que d'autres villes de la Métropole feront comme nous ?"

Selon la mairie de Bègles, la généralisation de la limite à 30 km/h aura des impacts limités sur la vitesse moyenne des véhicules, qui passerait de 19 km/h – donnée qu'elle avance pour un véhicule circulant "en milieu dense" – à 17 km/h. Le temps de trajet ne serait donc pas rallongé de façon significative (de 10 à 15 secondes en plus par kilomètre parcouru). Pour tenter de faire passer la pilule, la ville n'hésite pas non plus à parler d'un "coup de pouce sur le portefeuille", arguant que cette mesure fera baisser la consommation des véhicules de... 65%.

Sources : France Bleu, mairie de Bègles

'