La firme au Losange souffre aussi de la mauvaise conjoncture du marché automobile mondial.

Au premier semestre 2019, le marché automobile mondial ne se porte pas vraiment bien. La plupart des constructeurs enregistrent une baisse de leurs ventes par rapport à la même période l'an passé, et Renault n'échappe pas à la règle. À l'instar de PSA et de ses ventes en recul d'environ 13 % au premier semestre 2019, les chiffres communiqués par Renault sont un peu meilleurs mais guère plus reluisants. En effet, sur la première partie de l'année, les ventes de véhicules légers au Losange ont diminué de 6,7 %, passant ainsi sous le cap des deux millions d'unités soit, plus précisément 1'938'579 véhicules.

Tous les marchés sont touchés par cette baisse significative des ventes, mais heureusement l'Europe arrive à sauver les meubles pour Renault où les chiffres communiqués sont stables par rapport à l'an passé. La Renault Clio et le Captur assurent l'essentiel avec, pour la Clio, la deuxième place des véhicules les plus vendus en Europe et la première place pour le Captur dans la catégorie des SUV. Le Vieux Continent a, au total, permis à Renault d'écouler 1'070'641 véhicules, soit 55,2 % de ses ventes mondiales et quatre points de plus par rapport au premier semestre 2018. Quid de l'Amérique et notamment du marché brésilien ? C'est une baisse malheureusement avec un recul de 3,9 % à 205'741 exemplaires. Une petite désillusion pour le constructeur français qui espérait bien surfer sur la tendance de ce marché porteur, mais que dire de la Chine avec 24 % de baisse et un volume inférieur à 90'000 unités. Rappelons que, d'une manière générale, le marché chinois ne se porte pas très bien avec un recul de 13 %.

En dehors de l'Europe, les résultats ne sont pas vraiment probants. On enregistre ainsi une importante baisse des ventes en Eurasie avec un recul de 5,2 %. La faute à un marché Russe qui stagne avec -0,9 % (239'000 unités) et le marché turc, en pleine crise, avec une baisse de 44,8 % à 36'706 unités. Ça ne va pas mieux non plus du côté de l'Afrique, du Moyen-Orient et dans le Pacifique avec 219'829 véhicules légers écoulés, soit une chute spectaculaire de 28 % par rapport au premier semestre 2018. La raison ? L'arrêt des ventes sur le marché iranien au premier semestre, surtout quand celui-ci permettait d'écouler 77'698 véhicules au premier semestre 2018. Certains pays africains parviennent à sauver les meubles avec une amélioration des résultats au Maroc, en Égypte ou encore en Afrique du Sud.

Du côté de chez Renault on relativise, d'autant plus que d'importants nouveaux produits vont arriver au second semestre 2019 : "Comme prévu et sans nouveauté produit, le groupe Renault maintient sa part de marché au premier semestre dans un marché en forte baisse. Au deuxième semestre, nous nous concentrerons sur la réussite des lancements des nouvelles Clio et Zoé en Europe, Arkana en Russie, Triber en Inde et Renault City K-ZE en Chine", a déclaré Olivier Murguet, directeur commerce et région. Inutile de se faire des illusions pour l'année 2019 dans tous les cas, puisque le marché global est en chute libre et aucun signe ne semble annoncer une inversion de cette tendance avant la fin de l'année.

Découvrez notre essai vidéo de la nouvelle Renault Clio !

'