Pour avoir informé les marchés financiers trop tard...

Après avoir subi de plein fouet les conséquences du Dieselgate en ayant dû s'acquitter d'amendes monstres et en ayant organisé des campagnes de rachats et de mises aux normes pour des centaines de milliers de véhicules, Volkswagen continue de voir les conséquences annexes au scandale arriver. Désormais, le procureur de Brunswick se penche sur les conséquences boursières du scandale, sur les sommes perdues par les investisseurs et actionnaires, et sur l'influence que ce retard d'annonce a eu sur les marchés financiers.

De fait, trois dirigeants jugés responsable de ce délai pour avouer la fraude ont été mis en examen. Il s'agit de Herbert Diess, actuel PDG de Volkswagen, son prédécesseur Martin Winterkorn, qui avait démissionné lorsque la lumière a été faite sur l'affaire, et Hans Dieter Pötsch, président du conseil de surveillance du groupe. Winterkorn est déjà sous le coup d'une enquête pour fraude, car il est jugé pour ne pas avoir empêché la vente de voitures truquées.

Les trois hommes sont accusés "d'avoir délibérément trop tardé à informer le marché des capitaux des lourdes obligations de paiement du groupe, qui se chiffrent en milliards, en raison de la découverte du soi-disant scandale du diesel, et influencé illégalement le cours de Bourse de la société", comme l'avait précisé l'enquête préliminaire. Dans les faits, c'est surtout l'ampleur du scandale et l'impossibilité pour les marchés financiers d'avoir conscience des conséquences possibles, qui pose problème.

La défense pense toutefois pouvoir mettre hors de cause l'actuel PDG de la marque, Herbert Diess, estimant qu'il ne pouvait pas s'être rendu compte de la fraude jusqu'à "l'annonce publique de la manipulation des gaz d'échappement par les autorités américaines". De fait, il n'aurait pas pu prévoir ni alerter des tiers sur les conséquences de cette tricherie. Il conserve pour le moment sa place à la tête du groupe, mais l'action a perdu plus de 2 % dès la révélation des mises en examen hier, et continue encore à chuter.

'