La Renault Zoé commence l'année 2020 en trombe, avec la troisième place dans le classement des voitures les plus vendues en France au mois de janvier.

Les premiers chiffres concernant les ventes de voitures neuves en France viennent de tomber, et ceux-ci montrent bien l'attrait grandissant des clients pour la voiture électrique, non sans certaines incitations de la part du législateur. Pour la première fois, une voiture électrique s'immisce sur le podium des voitures les plus vendue en France.

Cette voiture, c'est la nouvelle Renault Zoé, qui s'est écoulée depuis le 1er janvier 2020 à 5331 unités, soit à peine moins que la nouvelle Renault Clio. De quoi nous pencher ici, dans notre rubrique financement, sur les offres de Renault concernant la Zoé. Une a particulièrement retenu notre attention : la Renault Zoé à partir de 169 euros par mois.

Quelle voiture pour ce prix là ?

La belle image sur le site du constructeur n'est pas la Zoé concernée par l'offre, comme c'est souvent le cas. Celle affichée vous réclamera en réalité 261 euros par mois, soit quasiment 100 euros de plus que l'offre qui nous intéresse. Du coup, pour savoir quelle voiture est vraiment concernée, nous avons du chercher un peu plus loin que le bout de notre nez.

Il s'agit en réalité d'une Zoé en finition "Life", c'est-à-dire le premier niveau de finition, qui inclut l'écran tactile de sept pouces, la climatisation, les feux à LED, le régulateur et le limiteur de vitesse, l'allumage automatique des feux, l'aide au freinage d'urgence ou encore le "volant en mousse". Un dernier équipement plutôt étonnant, mais c'est bien comme ceci qu'il est décrit sur le site du constructeur.

Sous quelles conditions ?

Il s'agit d'une location longue durée sur 37 mois et 22'500 kilomètres maximum. Cela représente environ 625 kilomètres par mois, soit environ 20 kilomètres par jour. Pour cette offre, il faudra également verser un premier loyer de 2000 euros. Il s'agit d'un premier loyer réduit puisqu'il inclut directement le bonus écologique de 6000 euros.

L'offre ne contient pas de condition de reprise obligatoire. Celle-ci est valable jusqu'au 29 février 2020 et pourrait être reconduite avec quelques ajustements si elle rencontre son petit succès. Le contrat comprend également la location de la batterie. Sans la location de cette batterie, la somme est ramenée à 125 euros par mois. Comme vous n'allez sûrement pas financer la batterie à part, la question ne se pose normalement même pas au moment de souscrire au contrat.

Combien ça coûte au final ?

Alors, bonne affaire ou pas ? Sur trois ans, avec 36 loyers à 169 euros par mois et un premier apport de 2000 euros, cela représente 8084 euros, soit environ 39 % du prix initial de la voiture, qui est de 20'564 euros avec la déduction du bonus écologique de 6000 euros et la location de la batterie sur trois ans pour 74 euros par mois, soit 2664 euros au total.

N'oublions pas que cette offre est bien une location longue durée (LLD) et non une location avec option d'achat (LOA), vous n'aurez donc pas la possibilité de racheter votre voiture à la fin de votre contrat, ni même la possibilité de jouer sur le montant des mensualités en augmentant ou diminuant la valeur résiduelle, contrairement à la LOA. N'oubliez pas également qu'au moment de rendre la voiture, votre concessionnaire pourra vous facturer des frais de remise en état.

Les avantages de l'offre...

L'énorme avantage concernant cette offre, c'est bien évidemment le prix de la location de la voiture. L'auto en elle-même est d'ailleurs aussi plutôt une bonne affaire puisqu'elle est correctement équipée de série, même avec le niveau de finition d'entrée de gamme. L'apport est en plus de ça en grande partie absorbée par le bonus écologique de 6000 euros versé par l'État, de ce fait, vous n'aurez plus qu'à sortir 2000 euros de votre poche en guise de premier loyer.

... et ses inconvénients !

Comme d'habitude, c'est le kilométrage qui cloche même si cette fois Renault se moque un peu du monde. 22'500 kilomètres sur trois ans, cela représente 7500 kilomètres par an. Cela exclut donc tout type de trajet en dehors de la ville. Quand bien même vous auriez envie de faire un peu de route, vous serez dans tous les cas contraint par son autonomie, annoncée à 395 kilomètres sous le cycle WLTP mais ramenée à environ 200 kilomètres en usage autoroutier avec une seule charge. N'hésitez pas d'ailleurs à jouer avec la simulation d'autonomie en fonction de votre usage mise à disposition sur le site du constructeur.

Avec une capacité de recharge maximale portée à 50 kW et un réseau de recharge encore embryonaire ou prohibitif, voyager en Renault Zoé paraît encore bien utopique aujourd'hui. Mais si c'est dans vos projets, il ne faudra certainement pas souscrir à cette offre au kilométrage bien trop faible. L'offre contentera certainement certains utilisateurs urbains roulant moins de 20 kilomètres par jour et pouvant recharger au travail ou à la maison.

Galerie: Essai Renault Zoé (2019)