La gamme Street Triple a débuté sa mise à niveau en fin d'année dernière avec la RS, voici la suite avec la R.

La Street Triple est le porte-étendard de la gamme roadster chez Triumph. Attention à ne pas la confondre avec sa grande sœur, la Speed Triple (1 050 cm3). Et attention aussi à ne pas s’emmêler les pinceaux entre les 3 modèles de la gamme Street : S, R et RS. Leur principale différence ? La puissance maximale : 47,5 chevaux (660 cm3, bridée pour les jeunes permis sur la S), 118 chevaux (765 cm3, sur la R) et 123 chevaux (765 cm3, sur la RS). Pour les curieux, c’est ce moteur, le 765, qui équipe depuis 2019 la catégorie Moto2 en Grand Prix.

 

La marque d’Hinckley avait lancé la mise à jour de la gamme Street Triple en fin 2019 en annonçant la nouvelle Street Triple RS, vaisseau amiral du modèle. Aujourd’hui la gamme continue de se développer avec l’arrivée de la R, qui représente le milieu de gamme. Pour 9 700 € il est possible de s’acheter une des machines les plus joueuses, si ce n’est LA plus joueuse de sa catégorie. Et fait suffisamment rare pour être souligné, la machine est 800 euros moins chère que l’ancienne R, ce qui fait passer la facture sous la barre symbolique des 10'000 €.

 

Plus de sportivité et plus de commodité

Dans un secteur qui semble toujours pousser le prix vers le haut, il est appréciable de voir une baisse aussi petite soit-elle. Mais outre l’aspect économique qui ravira plus d’un portefeuille, il y a l’aspect technique. C’est ce dernier qui a donné ses lettres de noblesses à ce roadster, produit sans discontinuer depuis 2007. C’est donc encore un pétillant trois cylindres de 765 cm3 qui l'anime. Un peu magiquement, les motoristes de Triumph sont parvenus à faire un moteur Euro 5 mais sans perdre un seul cheval dans l’affaire. Il propose donc 118 chevaux pour un couple de 77 Nm. Quand on vous disait que la Harley-Davidson CVO Road Glide avait un couple camionesque (171 Nm) pour une moto !

Le trois-cylindres, l’autre architecture fétiche de Triumph après le bicylindre en ligne calé à 360°, est décliné en 9 modèles, allant de 660 cm3 jusqu’à 2300 cm3. Alors la marque sait comment faire pour le faire sonner de manière juste et agréable. Après deux ans de développement et seulement un an de compétition, Triumph apporte des modifications à son bloc. En retravaillant l’inertie des pièces en mouvement dans le moteur, le nouveau 765 obtient une réponse plus rapide quand on le sollicite, ceci aide notamment la moto dans les bas et moyens régimes. 

Galerie: Triumph Street Triple R 2020

Couplé à ce moteur, on retrouve une boite 6 vitesses équipée d’un Quishifter Up & Down, autrement dit, une fois la moto lancée, plus besoin de toucher à l’embrayage ! Pour monter ou descendre les rapports, il vous suffit de jouer du sélecteur et l’électronique s’occupe du reste. Attention toutefois à ne pas oublier de débrayer à l’approche d’un stop ou d’un feu.

Les deux premiers rapports ont été raccourcis pour donner plus de vivacité à la moto et la rendre plus facile à décoller. Le lâché d’embrayage a été assoupli afin de trouver plus facilement le point de patinage. En outre, l’embraye dispose désormais d’un système anti-dribble pour diminuer les mouvements néfastes en cas de rétrogradage d’urgence ou bien pour un usage piste.

En fonction de vos envies, de la météo et de la route, il est possible d’adapter le mode de conduite depuis le guidon en roulant. Trois modes sont disponibles : Sport, Road et Rain. Ces modes vont jouer sur plusieurs paramètres, notamment la réponse de l’accélérateur électronique et la gestion du Traction Control

Partie cycle, quelques menus changements dans une recette déjà efficace

Côté partie-cycle, la nouvelle Street Triple évolue par petites touches, l’ancienne étant déjà très bien dotée. On retrouve à l’avant une fourche inversée Showa SF-BPF de 41 millimètres entièrement réglable et à l’arrière, c’est également l’équipementier japonais qui fournit l’amortisseur, entièrement réglable lui aussi. Pour stopper les 118 chevaux, la marque fait confiance à Brembo à l’avant comme à l’arrière. L’avant se compose d’un système double disque de Ø 310 millimètres pincés par deux étriers radiaux M4-32 à 4 pistons. L’arrière est quant à lui un simple disque de Ø 220 millimètres pincé par un étrier deux pistons Brembo. Le bras oscillant en aluminium a été revu pour offrir plus de stabilité à grande vitesse. En première monte pneumatique, la Street Triple R reçoit des Pirelli Diablo Rosso III.

 

Un design plus sportif et plus agressif

Triumph Street Triple R 2020

La Street Triple et une machine plutôt dynamique. Sa dotation moteur et châssis lui permettent d’être un roadster mid-size très sportif. Alors pour affirmer ce caractère, les designers se sont penchés sur la planche à dessin. La Street Triple est maintenant plus anguleuse avec des lignes et des coupes plus nettes. Mais ce qui se remarque au premier coup d’œil, c’est la nouvelle signature lumineuse à LED, ces dernières sont désormais plus puissantes et d’un seul bloc, ce qui dessine un regard plus marqué et plus lumineux. Elle reçoit aussi de nouveaux rétroviseurs.

Cette nouvelle Street Triple est disponible en deux coloris : Sapphire Black et Matt Silver Ice. Les deux peintures reçoivent des accents rouges et argent sur les écopes latérales, sur le réservoir, sur la tête de fourche et sur la selle. La boucle arrière est peinte en rouge et un liseré rouge marque le bord des jantes.

Pour ceux qui veulent modifier leur machine, il existe plus d’une cinquantaine d’accessoires allant du saute vent, en passant par les pièces anodisées jusqu’aux clignotants dynamiques. 

En 2019 en France, il y a eu 1686 Street Triple vendues, elle est la 26 ème moto la plus vendue dans l’hexagone et c’est elle la Triumph la plus vendue. La seule autre Triumph dans ce top 50 est la Street Twin en 49 ème place avec 918 machines.