De nombreux véhicules neufs ou d'occasion récents sont en stock et pourront voir leurs tarifs diminuer pour relancer la machine.

Depuis le 17 mars 2020 et l'instauration du confinement en France, les concessions ont dû fermer boutique. Les livraisons ont pris du retard, certains véhicules neufs sont bloqués à l'usine et les stocks de véhicules d'occasion prennent le soleil sur les parcs mais ne trouvent pas preneur. Les chiffres de ventes du mois dernier en témoignent assez largement, tout comme ceux qui vont être dévoilés à la fin du mois d'avril.

Néanmoins, certains constructeurs tentent de relancer la machine avec la mise en place de la vente en ligne, notamment du côté de chez PSA. Chez Volvo, l'heure est à la réservation en ligne plus qu'à la vente tandis que certains autres constructeurs s'essayent à la livraison sans contact. Peu à peu, le petit monde de l'industrie automobile reprend vie, jusqu'à la réouverture des points de vente d'ici la fin du confinement.

Minimiser la casse ?

Mais évidemment, avec quasiment deux mois d'arrêt, la machine sera compliquée à relancer, d'autant plus que le contexte actuel n'incite pas vraiment à l'achat d'une voiture, ni même à la location. Les analystes prévoient une baisse de 25 % des immatriculations en Europe en 2020. Pourtant, il va bien falloir trouver des solutions pour les constructeurs, d'autant plus que le bilan financier risque d'être très lourd pour certains groupes qui se trouvent sous le couperet des amendes CO2 à payer dès l'année prochaine.

Si certains ont déjà commencé à activer plusieurs leviers, dont celui du digital, la plupart vont certainement enclencher le levier économique, c'est d'ailleurs déjà le cas chez certains, en proposant des offres plutôt avantageuses. Ces offres concernent notamment les véhicules en stock, véritable gouffre financier pour les distributeurs lorsqu'ils sont immobilisés. C'est d'ailleurs une véritable guerre commerciale sur stock qui devrait débuter d'ici ces prochaines semaines, du moins pour ceux qui seront bien armés.

Vers une relance "verte" ?

À l'heure où nous écrivons ces lignes, le groupe PSA compte 715'000 véhicules en stock à travers le monde, dont 600'000 rien qu'en Europe. Renault en compte pas moins de 660'000 dans le monde. Des voitures à écouler rapidement donc, des voitures qui auront sans doute le droit à des rabais plutôt importants, notamment les modèles 100 % électriques et hybrides, souvent peu concernés par les promotions puisque les distributeurs ont souvent peu de marge les concernant. Pourquoi des rabais sur les véhicules électrifiés ? Tout simplement parce que les constructeurs auront la volonté de faire baisser la moyenne des rejets de CO2 des voitures livrées cette année pour minimiser la potentielle amende qui pourrait leur tomber sur le coin de la tête et les assommer encore plus en 2021.

Il s'agit là bien évidemment d'une supposition, tout dépendra aussi des différents leviers actionnés par le gouvernement. Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, s'est d'ailleurs déjà exprimé concernant une relance plus verte de l'automobile, l'occasion, peut-être, de revenir sur le précédent système de bonus écologique pour les véhicules annoncés comme plus vertueux.

Des parcs à désengorger 

Vous l'aurez compris, les voitures neuves comme les voitures d'occasion seront aussi bien concernées. D'autant plus qu'il y aura encore un afflux d'occasion qui devrait arriver à la réouverture des concessions, puisque les fins de LOA et de LLD qui n'ont pas pu être réalisées en mars et en avril vont toutes arriver les trois mois qui suivront la réouverture des établissements.

Les stocks de véhicules d'occasion ne devraient donc pas désemplir, tout comme les stocks de véhicules neufs, les concessions devront donc certainement mettre en place des promotions intéressantes pour désengorger leurs parcs. Sans compter que les concessionnaires laisseront sans doute encore une petite marge pour les traditionnelles négociations qui accompagnent l'acte de vente d'une voiture.

Quelles offres en ce moment ?

C'est donc peut-être bien le moment de se laisser tenter par certaines offres. Ford a déjà commencé avec une offre pour les crédits classiques qui annonce trois mensualités offertes en plus de trois autres mensualités différées, ou encore du côté de chez Opel, avec des remises conséquentes de l'ordre de 2500 euros pour une Opel Corsa neuve (sous condition de reprise) et les trois premiers loyers offerts. Chez Peugeot, la petite 208, à peine lancée, bénéficie déjà d'un rabais de 12 %, même pour le modèle 100 % électrique qui n'a pas vraiment encore été commercialisé.

Toujours du côté de chez Ford, la Fiesta est remisée de 4000 euros, chez Opel, le Grandland X hybride, qui vient tout juste d'être lancé, s'affiche déjà avec un rabais de 5500 euros et des offres de financement sous la barre des 300 euros par mois, avec les trois premiers loyers offerts. Pour le moment, tous les constructeurs n'ont pas encore finalisé leurs offres, mais elles s'annoncent déjà plutôt intéressantes, d'autant plus que la relance s'annonce assez lente et pourrait durer dans le temps. La fin de l'année, qui reste traditionnellement un bon moment pour avoir de bons tarifs, pourrait être d'autant plus intéressante pour les clients si les prix sont déjà relativement bas tout au long de l'année.