Le marché se relève peu à peu mais il reste dans le rouge.

Le coronavirus a un effet dévastateur sur le marché de l'automobile. Les mois de mars et d'avril 2020 ont été catastrophiques pour tout le secteur. Pour preuve, les ventes ont respectivement reculé de 72 % et de 89 % à cause du confinement et de la fermeture des concessions. 

Au mois de mai, après la fin du confinement et la réouverture des concessions dès le 11 mai dernier, le marché a retrouvé quelques couleurs mais les chiffres sont tout de même assez faibles. Le CCFA (comité des constructeurs français d'automobiles) annonce que les ventes "des voitures particulières neuves sont en baisse de 50,34% en données brutes par rapport à Mai 2019" (18 jours en mai 2020 et 20 jours en mai 2019). 

Ce semblant de reprise n'est pas dû au fait que les clients se soient empressés en concession pour acheter un véhicule neuf après deux mois de confinement, mais plutôt aux clients qui ont commandé leur voiture au mois de mars (avant le confinement) et qui n'ont été livrés qu'au mois de mai.

Sur les cinq premiers mois de l'année 2020, il s'en est vendu 481 986 véhicules sur le marché français. Le marché est en baisse de 48,48 % en données brutes. 

Dans le détail, les groupes PSA et Renault ont vu leurs ventes reculer de 56,07 % et de 50,39 %. À eux deux, les deux groupes français représentent 55,06 % du marché. Pour les groupes allemands, la baisse est légèrement moins violente. Volkswagen a reculé de 43,34 % et BMW de 36,97 %.

Certaines marques n'ont immatriculé aucune voiture en France le mois dernier, c'est le cas de Maserati et de Bentley. D'autres essuient une baisse assez violente comme Smart (-88,3 %), Alpine (-73,91 %) et Suzuki (-71,37 %). Du côté des "gagnants", on retrouve Mini (+9,77 %) ainsi que Porsche (-18,85 %) et Volvo (-27,65 %) dans une moindre mesure.