En fin de vie, le coupé sportif japonais sera prochainement remplacé par le 400Z.

Quelques semaines après le retrait de la version roadster du catalogue, c'est maintenant au tour du coupé, logiquement, de disparaître du carnet de commandes français. En effet, après plus d'une décennie de bons et loyaux services, la Nissan 370Z n'est plus disponible à la commande. La voiture reste toutefois disponible sur le site français de la marque à l'heure où nous écrivons ces lignes.

Si vous souhaitez vous offrir un 370Z, il vous restera donc seulement deux possibilités : écumer le réseau pour voir s'il reste un modèle neuf en stock ou bien se tourner vers un véhicule d'occasion. La première option devrait en rebuter plus d'un puisque la voiture est concernée depuis le début de l'année par le malus maximal de 20'000 euros en raison de rejets de 274 g/km de CO2.

Cette somme représente 59 % du prix d'achat neuf du modèle qui s'établissait jusqu'ici à 33'500 euros en France pour une version d'entrée de gamme. Si vous souhaitez faire venir un modèle neuf de l'étranger, la sentence sera la même puisque le malus de 20'000 euros sera applicable dès la première immatriculation en France.

Malgré la présence d'un ancestral V6 3,7 litres atmosphérique de 328 chevaux et 363 Nm de couple, les plus de 50'000 euros réclamés pour un véhicule neuf, qui plus est âgé de onze ans, sont aujourd'hui un obstacle. Bien évidemment, le 370Z Nismo de 344 chevaux et 371 Nm de couple n'est lui aussi plus disponible au catalogue.

Pour autant, cela ne signifie pas la fin du petit coupé sportif abordable chez Nissan. En effet, le 370Z sera remplacé d'ici quelques mois par un nouveau modèle, le 400Z, qui a d'ores et déjà été annoncé par la firme japonaise. La recette devrait être similaire à celle du 370Z, nous devrions retrouver un V6, mais de plus petite cylindrée cette fois-ci. On évoque environ 3,0 litres, des turbos et une puissance supérieure au 370Z.