L'autoroute A48, à l'entrée de Grenoble, est particulièrement embouteillée aux heures de pointe.

Les voies réservées à certaines voitures ou à certains autres moyens de transport fleurissent un peu partout en France. Près de Paris, par exemple, une voie est réservée aux bus sur l'autoroute A6a et la mairie de Paris songe sérieusement à appliquer un système similaire pour le périphérique parisien, notamment avec des voies réservées pour le covoiturage.

Justement, c'est d'une voie réservée essentiellement pour le covoiturage qui nous intéresse aujourd'hui et qui va entrer en vigueur à partir du mois de septembre sur l'autoroute A48, à l'entrée de la ville de Grenoble. Dans le détail, la voie de gauche du tronçon long de huit kilomètres situé entre le péage de Voreppe et la bifurcation avec la N481, pourra être réservée aux covoitureurs selon les conditions de circulation.

Cette voie ne sera pas systématiquement réservée, elle entrera en vigueur à certains moments de la journée, notamment lors des heures de pointe, lorsque le trafic devient dense. Ainsi, les panneaux afficheront une nouvelle signalisation matérialisée par un losange blanc sur fond noir.

Cette voie ne sera pas réservée qu'au covoiturage (c'est-à-dire aux voitures avec deux occupants ou plus), elle concernera aussi les taxis (même vide) ainsi que les voitures électriques. La vitesse sera alors limitée à 50 km/h afin de ne pas avoir un différentiel trop important avec les autres voies à droite et normalement ralenties.

Évidemment, pour s'assurer que cette file de gauche n'est pas empruntée par tout le monde, un nouveau radar a été spécialement développé. Celui-ci est installé sur le terre-plein central et sera capable de compter le nombre de personnes à bord. Ce radar a déjà été testé du côté de l'autoroute A6, au niveau de Mâcon, et les premiers essais se sont montrés concluants, de jour comme de nuit et sous diverses conditions climatiques.

Pour le moment, aucune amende ne sera dressée via le radar puisque, même s'il détecte l'infraction, il ne communique pas la plaque minéralogique du véhicule en faute aux forces de l'ordre. La société d'autoroute AREA utilisera simplement les panneaux d'affichage pour diffuser des messages pédagogiques avec la plaque d'immatriculation du véhicule non autorisé. En revanche, rien n'empêche les forces de l'ordre d'être présentent physiquement sur place pour dresser une amende. Celle-ci s'élèvera à 135 euros.