La cadence d'assemblage va revenir à peu à peu à 2000 véhicules par jour, comme avant la crise sanitaire.

Il y a quelques mois, le groupe PSA avait créé la polémique en appelant des centaines de leurs employés polonais pour venir travailler au sein de son usine d'Hordain, située au nord de la France. Une décision qui avait suscité de nombreuses réactions et l'intervention du gouvernement, notamment en raison d'un environnement social compliqué, juste après la sortie du confinement.

L'avenir s'éclairci pour PSA puisque le groupe a annoncé qu'il allait recruter environ 1000 intérimaires d'ici la fin de la semaine prochaine pour son usine de Sochaux. Cela permettra à l'usine de retrouver un niveau de production quasi égal à celui d'avant l'épidémie.

Le site va reconstituer lundi 31 août une équipe de nuit sur sa ligne de montage des Peugeot 3008 et 5008 et de l'Opel Grandland X, ainsi qu'une demi-équipe supplémentaire de jour pour la fabrication de la 308. La cadence doit s'accélérer notamment en raison de l'arrivée prochaine du 3008 restylé qui devrait permettre de relancer les ventes du SUV à succès.

À la fin de la semaine prochaine, l'usine retrouvera ainsi un volume de production approchant les 2000 véhicules par jour, soit un niveau "proche" de sa cadence d'avant la crise sanitaire, a souligné le porte-parole du groupe à l'AFP. Au début de l'année, l'usine de Sochaux fabriquait quotidiennement 2200 véhicules.

Ces 1000 nouveaux intérimaires s'ajouteront aux 300 déjà intégrés depuis la reprise du travail après les congés, le 17 août. Les effectifs de travailleurs temporaires à Sochaux, qui atteignaient 2000 personnes en début d'année, étaient tombés à zéro en pleine crise sanitaire.

La "grande majorité" de la vague de recrutement en cours concerne des personnes qui étaient déjà intérimaires sur le site avant la chute d'activité causée par l'épidémie, a relevé le porte-parole. La "différence" de production et d'effectif par rapport à la situation d'avant-Covid vient de l'absence d'équipe de week-end sur la ligne des SUV, pour laquelle aucun calendrier de remise en place n'est encore fixé, a-t-il complété.

Avec 7300 salariés permanents, l'usine est celle qui opère le retour le plus massif de travailleurs temporaires depuis le déconfinement, parmi les sites français du groupe. Celui de Rennes procède depuis la mi-août au recrutement de 500 intérimaires pour répondre à la demande concernant Citroën C5 Aircross qui, lui aussi, connaît un regain d'intérêt en raison de sa nouvelle motorisation hybride rechargeable.