Malgré une baisse du chiffre d'affaires au troisième trimestre, d'autres signaux passent au vert pour Renault.

Après une année 2019 loin d'être extraordinaire et des comptes sur le premier semestre 2020 catastrophiques avec une perte de sept milliards d'euros, le groupe Renault sort un peu la tête de l'eau au troisième trimestre 2020. La marque a fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel toujours en recul, mais avec toutefois quelques signes d'amélioration et les premiers effets de la stratégie impulsée par Luca de Meo.

De ce fait, sur le troisième trimestre 2020, le chiffre d'affaires du groupe a reculé de 8,2 % par rapport à la même période l'an passé, à 10,37 milliards d'euros. Le groupe a continué de perdre des parts de marché et ses ventes globales ont reculé de 6,1 %, à 806.000 véhicules, pendant que le marché mondial ne cède sur cette période "que" 4 %.

Le principal point noir de ce trimestre, ce sont les ventes au Brésil qui se sont effondrées avec une baisse de - 50,9 %, notamment en raison du changement de stratégie de la marque avec la réduction des volumes et la hausse des marges. Un changement stratégique qui fait évidemment des dégâts dans un premier temps dans certains pays.

Un trio Clio, Captur et Zoé en grande forme

Il y a quand même du positif, beaucoup même puisque les ventes du groupe ont continué à progresser en Russie, son deuxième marché à + 4,5 %, ainsi qu'en Turquie avec un bond de 131 %. En Europe, la part de marché du groupe a progressé de 0,2 point à 10,3 %, avec 400'223 véhicules écoulés. Ça se traduit par une baisse des ventes de "seulement" 2,9 % par rapport à l'an dernier, mais cette baisse est surtout moins significative que la concurrence.

En France, Renault affiche des résultats corrects avec des immatriculations qui ont progressé de 2,7 % sur les trois derniers mois, notamment grâce au duo Clio et Captur, qui a trouvé son rythme de croisière, et une Zoé qui continue de crever l'écran, dans l'Hexagone comme en Europe. Avec 27'000 unités vendues sur le trimestre en Europe, la Zoé poursuit sur sa lancée et les ventes ont augmenté de 157 % sur un an, tandis que le marché de la voiture 100 % électrique a grimpé de 107,2 %.

Le groupe en phase avec ses objectifs

Une bonne nouvelle pour le groupe Renault puisque cela lui permet d'être en phase avec ses objectifs liés au CO2. Renault va d'ailleurs très prochainement ouvrir son compteur CO2 de crédit à d'autres constructeurs. "Le bon niveau de commandes des véhicules hybrides et électriques conforte le Groupe dans l’atteinte de ses objectifs CAFE sur l’année 2020", précise le communiqué de presse.

Renault semble donc reparti d'un bon pied, mais il faut dire que le contexte a été pour le moins favorable, notamment depuis la rentrée de septembre. Néanmoins, avec l'évolution de la crise sanitaire, le groupe préfère rester prudent. D'une manière générale, comme l'avait exprimé Luca de Meo, le redressement sera long pour le groupe et il faut s'attendre à au moins deux ans avant de percevoir des résultats vraiment positifs.