Après seulement quelques mois au sein du groupe Renault, Alejandro Mesonero-Romanos est le nouveau responsable du style d'Alfa Romeo.

Il y a quelques mois, le mercato était agité au sein de l'industrie automobile, notamment du côté du groupe Renault, en pleine restructuration en vue de sa "Renaulution". Ainsi, nous avons vu quelques grands noms du monde de l'automobile rejoindre les rangs du Losange, parfois même avec étonnement, notamment lorsque Gilles Vidal, après plus de 20 ans au style du groupe PSA, a choisi de rejoindre le groupe Renault.

L'autre arrivée médiatique du côté du style chez Renault, ce fut celle d'Alejandro Mesonero-Romanos à la tête du design de Dacia, après avoir été à la tête du style de Seat et collaboré notamment avec Luca de Meo, l'ancien patron de la firme ibérique arrivé à la tête du groupe Renault l'année dernière.

Sauf que, coup de théâtre ou bien coup de maître de la part de Stellantis, Alejandro Mesonero-Romanos quitte déjà Dacia après seulement six mois d'activité pour prendre la tête du style d'Alfa Romeo, un poste avec une prime de risque, nous l'espérons pour lui, tant le style des Alfa Romeo est scruté et commenté par les aficionados de la marque.

Malgré six petits mois chez Dacia, le designer Espagnol laissera quand même une trace de son passage au sein du groupe Renault, puisqu'il a notamment travaillé en partie sur le Dacia Bigster, un concept-car qui annonce le futur SUV de la firme roumaine prévu pour 2025. David Durand, qui était déjà à la tête du style de la marque avant l'arrivée d'Alejandro Mesonero-Romanos, reprend le poste.

Ce transfert surprise est sûrement à mettre au profit de Carlos Tavares, qui rend coup pour coup au groupe Renault, après avoir eu sans doute du mal à encaisser le départ de Gilles Vidal, l'ancien directeur du design de Peugeot. Alejandro Mesonero-Romanos aura fort à faire du côté d'Alfa Romeo, avec une gamme quasiment complète à imaginer, et surtout un challenge motivant pour redonner de l'éclat à une marque qui possède actuellement deux produits dans sa gamme, deux produits convaincants, certes, mais qui ne peuvent pas à eux deux assurer l'avenir de la firme au Biscione.