Suite aux informations parues la semaine dernière au Japon, selon lesquelles les propriétaires du nouveau Land Cruiser n'étaient pas autorisés à revendre leur véhicule pour des raisons de sécurité, Toyota a publié un communiqué officiel en réponse à une enquête menée par Mag-X. Le magazine local indique que les précommandes du SUV ont été temporairement suspendues et que les nouveaux propriétaires doivent s'engager à ne pas vendre leur véhicule pour être exporté. 

Voici la déclaration officielle de Toyota :

"Les concessionnaires Toyota et Toyota Motor Corporation ont conclu que, lors de la vente de véhicules à des clients au Japon, la vente ne prend pas fin, mais que chaque concessionnaire poursuivra une relation responsable avec le client, y compris le service après-vente, afin de protéger la sécurité du client."

"En outre, le Land Cruiser est particulièrement populaire à l'étranger, et nous sommes préoccupés par le flux de véhicules sortant du Japon immédiatement après sa commercialisation, ainsi que par la possibilité qu'ils soient exportés vers certaines régions où des règles de sécurité sont en place."

Galerie: 2022 Toyota Land Cruiser

"Nous sommes également conscients que si la situation devait évoluer au point qu'un concessionnaire Toyota fasse l'objet d'une enquête pour suspicion d'implication dans une violation de la loi sur les changes et le commerce extérieur (loi sur les changes), cela constituerait un problème majeur non seulement pour le concessionnaire Toyota en question mais également pour tous les concessionnaires Toyota et Toyota Motor Corporation."

"En tant que constructeur qui fournit des véhicules, Toyota Motor Corporation, du point de vue du respect des lois et des règlements, a alerté tous les concessionnaires Toyota du pays sur la possibilité de la violation susmentionnée de la loi sur les changes et le commerce extérieur afin de minimiser le risque de violations légales."

"Avec ceci comme référence, nous reconnaissons que chaque concessionnaire a pris une décision du point de vue de la conformité légale et a reçu un engagement écrit du client. Ces mesures ont été prises en fonction de la situation mondiale récente et des caractéristiques du Land Cruiser, et nous pensons qu'elles ne violent pas la loi anti-monopole."

"Toyota Motor Corporation continuera à fournir de bons produits par l'intermédiaire de ses concessionnaires et distributeurs dans le monde entier, tout en respectant les lois et règlements de chaque pays, et nous vous demandons de faire preuve de compréhension dans cette affaire."

Sur son marché domestique, le LC300 a enregistré plus de 22 000 précommandes depuis le début du mois, lorsque Toyota a ouvert les carnets de commandes. Il sera mis en vente le 2 août à partir de 5,1 millions de yens (environ 39 100 € au taux de change actuel), soit 300 000 yens (2 300 €) de plus que le modèle qu'il remplace. Une grande partie des précommandes a été présumée être destinée à la revente, et si cette situation est vérifiée, la précommande est annulée.

Parallèlement, Toyota arrêtera la production du nouveau Land Cruiser les 5 et 6 août en raison d'une pénurie de pièces causée par la propagation du coronavirus en Asie du Sud-Est. Pendant ces deux jours, la production de l'ancien Land Cruiser - lancé à l'origine en 1984 - sera également interrompue, et il en va de même pour le luxueux Lexus LX.