Revenons près de 90 ans en arrière pour ce nouveau rendez-vous avec la chronique automobile. Nous sommes en France en 1935 lorsque Citroën, qui vient d'être racheté par Michelin, décide de lancer le projet T.P.V. pour créer une voiture bon marché qui répondrait aux principales exigences du passé : fiabilité et faibles coûts d'utilisation et d'entretien.

Un projet extrêmement intéressant qui a ensuite donné naissance à l'un des moteurs les plus célèbres conçus par le Double Chevron, le bicylindre boxer, et à l'une des petites voitures les plus populaires de tous les temps, la Citroën 2CV. Mais prenons les choses étape par étape.

Un peu d'histoire

Afin de répondre aux exigences de fiabilité et de faibles coûts de production et de maintenance, les ingénieurs de la société française ont commencé à travailler en 1935 sur le développement d'un moteur bicylindre. Les premiers exemplaires de la voiture du projet T.P.V. en 1939 étaient équipés d'un moteur à 2 cylindres opposés de 375 cm3, refroidi par air. 

Motore bicilindrico Citroen

Après une série de retards dans le projet dus à la Seconde Guerre mondiale, la société française s'est tournée en 1941 vers Walter Becchia, un ingénieur italien expérimenté dans la conception de moteurs, pour résoudre certains problèmes liés à l'unité de puissance.

C'est ainsi qu'en 1944, l'expert motoriste italien conçoit une version entièrement nouvelle du moteur bicylindre, avec des solutions techniques intéressantes : l'une d'entre elles est l'utilisation de la culasse hémisphérique avec des soupapes disposées en angle pour optimiser la combustion et augmenter le rendement thermique.  

La première version

La première variante du moteur bicylindre de Citroën, portant le code A-2CV, a été montée sur la 2CV utilitaire de 1949 à 1960 et sur la 2CV AU fourgon de 1951 à 1956. Comme nous l'avons dit, il s'agit d'un moteur à cylindres opposés de 375 cm3 à architecture carrée (alésage et course de 62 mm). 

Motore bicilindrico Citroen

Le bloc-cylindres est en fonte tandis que la culasse hémisphérique à deux soupapes est en aluminium. Avec un taux de compression de 6,2:1 (porté à 7:1 par la suite) et alimenté par un carburateur Solex, le moteur délivrait une puissance maximale de 9 ch à 3500 tr/min et un couple maximal de 19,6 Nm à 2000 tr/min.  

Versions ultérieures

Par la suite, le constructeur français a développé quatre nouvelles variantes du moteur bicylindre dans lesquelles des améliorations techniques ont été apportées pour optimiser les performances, l'efficacité et la fiabilité. Le premier était le moteur A53 dont la cylindrée passait de 375 à 425 cc grâce à une augmentation de l'alésage de 62 à 66 mm. La puissance passe ainsi à 12 ch, tandis que le couple reste inchangé.

Motore bicilindrico Citroen

Le deuxième moteur A79/1 de 435 cm3 (alésage de 68,5 mm et course de 59 mm) a été introduit en 1968 sur la Citroën Dyane, avec une puissance de 26 ch  et un couple maximal de 29,4 Nm. L'une des variantes les plus connues et les plus populaires est le M28/1 monté sur l'Ami 6 en 1968. D'une cylindrée de 602 cm3 (alésage de 74 mm et course de 70 mm), ce moteur délivrait une puissance maximale de 21,5 ch, portée ensuite à 32 ch. La variante la plus récente et la plus avancée est la V06 avec un système d'allumage intégré contrôlé directement par une unité de commande électronique Thompson. 

Moteur Puissance Année de production Modèles
A-2CV 9 ch 1949-1960 Citroën 2CV A, 2CV AU
A53 de 12 à 18 ch 1954-1970 Citroën 2CV AZ, AZL, AZLM, Export, AZA, AZAM
A79/1 26 ch 1968-1979 Citroën 2CV 4, 2CV AZU, Dyane
M28/1 de 21,5 à 32 ch 1968-1983 Citroën Ami 6, Ami 8, 2CV 6, Dyane 6 LN
V06 35 ch 1978-1987 Citroën LNA, Visa

Galerie: Le moteur bicylindre de Citroën