En juillet 2021, le riche homme d'affaires Radim Passer est retourné sur l'Autobahn pour battre son ancien record de vitesse réalisé en 2015 lorsqu'il avait atteint 402,5 km/h dans sa Veyron. La nouvelle tentative, cette fois avec la Chiron, s'est avérée fructueuse puisque l'hypercar à moteur W16 a réussi à atteindre 417 km/h sur la section à vitesse non limitée de l'autoroute A2.

Cependant, le ministère allemand des Transports est loin d'avoir été impressionné par cette performance après que le conducteur ait publié une vidéo il y a quelques semaines sur YouTube. Selon le site The Associated Press les autorités locales ont publié une déclaration cette semaine pour critiquer l'homme d'affaires dont la fortune s'élèverait à plus de 300 millions de dollars, selon Forbes. Radim Passer est accusé d'avoir mis en danger les autres automobilistes.  

Même si la course à la vitesse maximale a eu lieu à 4 h 50 du matin, l'Autobahn n'était pas complètement vide ce matin-là. C'est pourquoi le ministère des transports n'approuve pas les grandes vitesses sur la voie publique, déclarant qu'il "rejette tout comportement dans la circulation routière qui conduit ou peut conduire à la mise en danger des usagers de la route".

Bien que, techniquement, il n'était pas en excès de vitesse ce matin-là, le magnat de l'immobilier et 33e personne la plus riche de la République tchèque est accusé de ne pas avoir respecté la première clause du code de la route allemand : "Toute personne participant à la circulation doit se comporter de manière à ce qu'aucune autre personne ne soit blessée, mise en danger ou gênée ou incommodée plus qu'il n'est inévitable dans les circonstances."

Par conséquent, le ministère allemand des Transports estime que tous les usagers de la route doivent respecter le code de la route, y compris les personnes conduisant une hypercar de 1500 chevaux.

Dans les deux vidéos publiées, Radim Passer déclarait que "la sécurité était une priorité, il fallait donc que les circonstances soient sûres" avant de remercier Dieu "pour la sécurité et les bonnes circonstances".