Après Londres, Lotus a décidé d’ouvrir une nouvelle concession de 534 m² située dans le huitième arrondissement de Paris, à proximité des Champs-Élysées : rien que ça. Le bâtiment est divisé en trois étages avec le sous-sol qui raconte les ambitions de la marque et ses projets pour l’avenir tandis que le premier étage fait la part belle au passé et à l’héritage emblématique de Lotus.

HERO-Lotus-Emeya-New-York-Launch-1

La Lotus Emeya lors de sa première mondiale à New York, le 7 septembre 2023.

La marque exposera régulièrement des modèles iconiques allant des voitures classiques, aux F1. Et entre les deux, nous avons le rez-de-chaussée où l’on peut découvrir découvrir les nouvelles générations de véhicules de Lotus comme l'Hyper-SUV Eletre, la sportive Emira et la toute nouvelle Hyper-GT Lotus Emeya.

Galerie: Premier essai de la Lotus Emira 2024

Porsche et Tesla dans le viseur

L’Emeya, au design sympathique mais pas révolutionnaire, est au cœur de la restructuration entamée par Lotus. C’est donc le deuxième modèle électrique de la marque, qui provient de la même plateforme "Electric Premium Architecture" que l’Eletre, et l’objectif sera de concurrencer la Porsche Taycan, l’Audi e-Tron-GT et la Tesla Model S Plaid; rien que du beau monde.

Galerie: Photos Porsche Taycan GT 2024

Pour se faire, Lotus donne la part belle à l'aérodynamisme : les lignes de l’Emmena sont fluides, son capot est très court et on constate de nombreuses ouvertures à l’avant. La voiture possède une suspension automatique capable de rabaisser la hauteur de caisse selon la vitesse, de manière automatique, et d'un gros aileron arrière réglable sur trois niveaux, capable de générer plus de 215 kg d'appui au maximum. Elle est aussi imposante puisqu’elle mesure aux alentours de 5,10 m de long et son empattement de 3,07 m dépasse celui de l'Eletre. En revanche, le coffre semble petit.

Galerie: Lotus Emeya

L’intérieur est à la fois épurée et sportif, bien qu’un chouïa triste, et la voiture est équipée d'un écran multimédia horizontal de 15 pouces. La qualité est au rendez-vous avec du cuir, de l'alcantara et même du carbone, de série qui plus est. Quant aux options, on retrouve le freinage carbone/céramique, les jantes 22 pouces, les éléments carbone sur la carrosserie, les caméra à la place des rétroviseurs classiques ou encore l'ouverture des portes électrique. 

Un constructeur en forme

Revenons en aux performances avec, en plus de l’aérodynamisme, un bloc d’une capacité de 102 kWh qui développe 905 chevaux et 985 Nm de couple sur la version haut de gamme, comme pour l’Eletre qui possède pourtant de plus grosses batteries.

Galerie: Lotus Eletre (2023)

Cela permettra à l’Emeya d’atteindre le 0 à 100 km/h en moins de 2,8 secondes avec une vitesse de pointe de 256 km/h, ce qui peut paraître un peu faible. Côté recharge, la voiture pourra récupérer une puissance maximale de 350 kW en courant continu, en passant de 10 à 80 % en 18 min.

En tout cas Lotus semble relever la tête ces derniers mois, après avoir vendus quelques 1 500 exemplaires il y a quelques années, la marque a déjà vendu 17 000 voitures en 2023 dont 2 200 Emira, le coupé 100 % thermique. Du jamais vu jusqu'à aujourd'hui. L’Emeya sera commercialisée au premier trimestre 2024 et bien que ses tarifs ne soient pas encore connus, ils devraient se situer aux alentours des 100 000 €.

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?
Commentez!