De nos jours, Mercedes-Benz fait parfois preuve d'une grande modernité en matière de design, comme le montrent des modèles tels que l'EQS ou l'EQE. Mais il y a plusieurs décennies, il en allait autrement. Le conservatisme était de rigueur, on ne voulait pas suivre des modes prétendument éphémères. Ainsi, le style automobile qui s'est imposé après la Seconde Guerre Mondiale n'a trouvé son expression à Stuttgart qu'en 1953.

Tout commence en 1953 avec la 180

C'est à ce moment-là que le langage populaire a baptisé toute la série du nom de ce design : Ponton-Mercedes. Vers la fin des années 1940, les constructeurs automobiles américains ont commencé à se détourner du style classique avec des ailes indépendantes. Au lieu de cela, celles-ci ont été intégrées dans le corps du véhicule. En Europe, la Fiat 1400 ainsi que des modèles de Borgward, Opel et Ford ont suivi cette tendance.

Mercedes-Benz 180 und 190 „Ponton“ (1953-1962)

En 1953, il y a donc 70 ans, Mercedes prend le train en marche et présente la nouvelle 180, appelée en interne W 120. La première de la Mercedes 180 marque d'ailleurs jusqu'à aujourd'hui la couverture médiatique des nouveaux types d'automobiles dans les pays germanophones. En 1952, le magazine auto motor und sport publie une première photo d'un prototype de la nouvelle berline, accompagnée d'une parodie de la ballade de Goethe "Erlkönig". C'est de là que vient l'appellation "Erlkönig", utilisée en allemand pour désigner un prototype camouflé.

Un nouveau visage pour Mercedes

Pour le "Ponton", les stylistes de l'époque utilisent des critères de conception modernes. Le design suit le principe "Three Box" avec une proue, un habitacle et une poupe. La suppression des marchepieds et des phares indépendants ainsi que les ailes intégrées réduisent la résistance à l'air et la consommation. Autre effet : l'habitacle est nettement plus spacieux que les formes de carrosserie plus anciennes. À cela s'ajoutent des éléments arrondis, typiques des années 1950, y compris des phares avant ronds. C'est le visage de la famille Mercedes-Benz de l'époque.

Le surnom de "ponton" vient d'ailleurs des plateformes flottantes du même nom. En particulier en tant que support de ponts flottants de fortune, une certaine similitude visuelle est reconnaissable.

Mercedes-Benz 180 und 190 „Ponton“ (1953-1962)

La césure s'opère également à l'intérieur du véhicule. La carrosserie est solidement soudée au système de plancher et forme une unité statique. Avec ce véhicule, Mercedes-Benz fait ses adieux à l'ancienne construction composée d'un châssis et d'une carrosserie indépendante. Par rapport au mode de construction habituel, la résistance à la torsion augmente et le poids diminue.

À cela s'ajoute un châssis doté d'importantes caractéristiques de sécurité et de confort. Les roues avant, guidées par des doubles bras transversaux, ne sont plus directement suspendues au châssis, mais à ce que l'on appelle une "selle de conduite". Il s'agit d'un support d'essieu en forme de U, soudé à partir de deux pièces de tôle embouties, sur lequel sont également fixés le moteur, la boîte de vitesses et la direction. Il est monté sur le châssis par trois silentblocs, ce qui le rend silencieux.

Sous le capot de la 180, on trouve un moteur à quatre cylindres. D'une cylindrée de 1 767 cm³ (d'où le nom du modèle), il développe 38 kW (52 ch) à 4.000 tr/min. Sur les routes de l'époque, on peut donc rouler de manière tout à fait adéquate. La vitesse maximale est de 126 km/h. Mercedes élargit la gamme de moteurs dès 1954 avec la variante diesel 180 D. En 1956, la Mercedes-Benz 190 (W 121), nettement plus puissante, vient compléter la gamme avec 55 kW (75 ch).

Galerie: Voyage dans le temps : En route dans la Mercedes 220 de 1955

La 220, une des plus belles réussites de Mercedes

En 1954, la classe supérieure de l'époque suit la forme du ponton sous la forme du nouveau type 220, également appelé en interne 220 a (W 180). Cette berline ressemble à bien des égards à la 180, mais il y a beaucoup plus de chrome et surtout une partie avant plus longue pour y loger le six cylindres. Sa carrosserie moderne et spacieuse en forme de ponton offre un confort d'espace jusqu'alors inconnu. En 1956, la lettre "S" fait son entrée durable dans la nomenclature avec le type 220 S remanié et plus puissant, soulignant ainsi le statut de classe spéciale du six cylindres Ponton.

En 1958, la 220 SE (W 128) fait ses débuts, offrant ainsi une autre variante du modèle haut de gamme, encore plus puissante grâce à l'injection d'essence. Un an plus tard, la 220 adopte un design d'aileron arrière plutôt à la mode, et en 1961, la 190 reprend également cette optique. Ce n'est qu'en 1968 que Mercedes trouve une séparation bien visible entre la classe moyenne et la classe supérieure. 

Un pas de plus dans la modernité et la sécurité

Mais revenons au "ponton" : Mercedes actualise plusieurs fois les séries 120 et 121. Les étapes importantes sont l'introduction en 1955 de l'essieu oscillant monoarticulé à l'arrière avec un point de pivotement bas, le renouvellement du modèle en août 1957, les débuts de la 190 D en 1958 et le rafraîchissement du design en 1959. À partir de 1959 également, les dernières découvertes permettent d'alléger l'habitacle et d'améliorer ainsi le niveau de sécurité.

Mercedes-Benz 180 und 190 „Ponton“ (1953-1962)

Le tableau de bord est rembourré, les éléments de commande sont élastiques et en partie encastrés. Le volant porte une plaque rembourrée. La même année, la serrure de porte à tenon et mortaise avec deux crans de sécurité est introduite. Elle permet d'éviter que les portes ne s'ouvrent. En effet, les personnes sont souvent éjectées de la voiture lors d'un accident et se blessent gravement. À cette époque, les ceintures de sécurité ne sont pas encore répandues.

Aujourd'hui, c'est peut-être curieux : parmi les caractéristiques de confort des limousines "Ponton" à quatre cylindres, on trouve un chauffage et une ventilation réglables séparément pour le conducteur et le passager. La Mercedes 180 présentée au musée de l'usine est construite en 1955. Parmi ses équipements spéciaux figure le rétroviseur extérieur gauche ("rétroviseur extérieur sur le montant de la caisse"). En Allemagne, un tel rétroviseur ne devient obligatoire qu'au milieu de l'année 1956.

Mercedes-Benz 180 und 190 „Ponton“ (1953-1962)

Mercedes 180 (1955) im Werksmuseum

Mercedes-Benz 180 und 190 „Ponton“ (1953-1962)

Mercedes 180 (1955) im Werksmuseum

Mercedes-Benz 180 und 190 „Ponton“ (1953-1962)

Mercedes 180 (1955) im Werksmuseum

Les séries "Ponton" W 120/121 à moteur quatre cylindres sont construites de 1953 à 1962. Grâce à elles, Daimler-Benz pénètre également dans une nouvelle région en termes de nombre de pièces par le biais d'une exportation renforcée : Environ 443.000 clients du monde entier optent pour l'un de ces véhicules. La variante la plus réussie est le 180 D à moteur diesel, dont près de 150.000 véhicules ont été produits. Le type 180 à moteur Otto est fabriqué de 1953 à 1962, il est produit à 117.192 exemplaires. À titre de comparaison, la 170 V (W 136), qui se situe également dans la classe moyenne supérieure, sort des chaînes de production avant la Seconde Guerre mondiale dans toutes ses variantes, soit 91 048 véhicules .

Galerie: Mercedes-Benz 180 et 190 "Ponton" (1953-1962)