Après deux premiers Grand Prix marqués par la domination de Red Bull, les différents acteurs de la F1 se sont rendus à Melbourne pour la 27e édition du Grand Prix d’Australie sur le tracé de l’Albert Park. Et cette fois, la course a bel et bien eu lieu un dimanche ! Cependant avec le décalage horaire, les plus courageux se sont levés à 5h pour suivre l’épreuve en direct. Mais la plupart des fans (désolé les pros Red Bull) ont pour une fois été récompensés…

Qualifications : Verstappen poursuit son récital

Mais avant d’assister à la course, il y a bien eu des essais (petite minute de silence pour Logan Sargeant) et surtout, les qualifications. Au jeu du tour chrono, Max Verstappen a une nouvelle fois fait étalage de son talent et de la vitesse de sa machine en décrochant sa 2e pole position d’affilée à Melbourne (et sa troisième de la saison) en 1 min 15 s 915. Il est suivi d’un revenant, Carlos Sainz (+ 0,270 s), qui est de retour en pleine forme après s’être fait opéré de l’appendicite. Pérez complète le top 3 (mais il prendra trois places de pénalité pour avoir gêné Nico Hülkenberg en Q1) devant Lando Norris et Charles Leclerc, seulement 5e.

lewis-hamilton-mercedes-f1-w15

Lewis Hamilton n'a plus connu un début de saison aussi difficile depuis 2009. Le septuple champion du monde n'a même pas vu l'arrivée du GP d'Australie suite à une rupture de son moteur.

Le premier pilote australien se classe 6e puisque Piastri devance la Mercedes de Russell et la Racing Bulls de Yuki Tsunoda (on se passera bien du Visa Cash App paiement sans contact pay by phone…). Stroll, neuvième, a pour une fois devancé son leader Alonso qui est complètement passé au travers de sa Q3 tout comme son ancien équiper Hamilton, le premier éliminé de la Q2. Chez Alpine, Esteban Ocon a réalisé un petit exploit (et c’est triste à dire) en hissant son monoplace en Q2. Mais il n’est pas parvenu à faire mieux que 15e…

La revanche de Sainz

Incroyable mais vrai, Carlos Sainz Jr laissera bien sa place à Lewis Hamilton, l’an prochain, au sein de la Scuderia Ferrari. Mais l’espagnol ne compte pas partir sans faire comprendre à l’écurie italienne que ce choix a peut-être été un peu précipité. Déjà en verve à Bahreïn (3e et loin devant Leclerc en proie à des soucis), l’espagnol n’a eu l’occasion de montrer sa bonne forme en Arabie saoudite pour les raisons que l’on sait. Mais pour son retour à Melbourne, le fils d’une des plus grandes légendes des rallyes a remis les pendules à l’heure.

carlos-sainz-scuderia-ferrari-

Voici la récompense d'un week-end quasi parfait pour Sainz.

Déjà pressent sur Verstappen dans le premier tour, Sainz s’est débarrassé du néerlandais dès la boucle suivante avec une jolie manœuvre par l’extérieur, à l’amorce du virage 11 (certes aidé par le DRS). Mais les ennuis n’allaient pas s’arrêter là pour le triple champion du monde en titre qui a vu de la fumée s’échapper de sa monoplace dès le quatrième tour. Le pilote Red Bull a dû être contraint à l’abandon suite à la rupture de son frein arrière-droit qui a même commencer à prendre feu dans la voie des stands. La dernière fois que Verstappen n’avait pas vu l’arrivée d’un Grand Prix c’était ici même, à Melbourne, en 2022.

charles-leclerc-scuderia-ferra

Dominé par Sainz depuis le début de la saison, Leclerc a de quoi se prendre la tête.

Désormais, plus personne ne pouvait se mettre en travers de la route de Sainz qui est allé chercher la 3e victoire de sa carrière, la première depuis Singapour l’an passé ! Les tifosis ont donc eu de quoi célébrer d’autant plus que Charles Leclerc (qui décroche le point du meilleur tour pour la deuxième course de suite) a permis à la Scuderia d’empocher son 86e doublé, le premier depuis le GP de Bahreïn en 2022. Derrière, les Mclaren ont également assuré les gros points avec Norris 3e et Piastri 4e (malgré une sortie de route pour ce dernier).

a-plume-of-smoke-comes-out-of-

Verstappen ne s'est pas montré particulièrement déçu par son abandon et affirme être même excité pour la suite. Ça promet !

La seule Red Bull rescapée, celle de Pérez, termine à une anonyme 5e place et avec 56,3 secondes de retard sur le leader de la course. Alonso s’est bien rattrapé de sa modeste qualification en terminant initialement 6e et en résistant à la Mercedes de Russell qui s’est finalement crashé dans le dernier tour. Mais de manière hallucinante, l’espagnol a été jugé coupable de la sortie de son adversaire en ayant freiné bien trop tôt ! Le vétéran de la grille a subi 20 secondes et trois points de pénalité sur sa Superlicence, ce qui le place finalement 8e, derrière Stroll et Tsunoda.

 

Les deux Haas de Hulkenberg et Magnussen, qui a longtemps dû se battre contre la Williams d’Albon, complètent le top 10. Notez que Pierre Gasly a reçu une pénalité de cinq secondes ajoutée à son temps final pour avoir coupé la ligne blanche à la sortie de la voie des stands en course, ce qui ne change rien à sa treizième place finale…

Le point sur le classement

Avec cet abandon de Verstappen, le classement prend désormais une tout autre tournure bien que la saison n’en est qu’à ses débuts. Quoiqu’il en soit, bien que Max continue de mener avec ses 51 pts, il est désormais talonné par Leclerc (47 pts), Pérez (46 pts) et Sainz (40 pts).

carlos-sainz-ferrari-sf-24-max

Ferrari n'est pas encore passé devant Red Bull aux constructeurs mais qui sait ce que nous réserve la suite de la saison. On peut rêver...

La situation se resserre également du côté des constructeurs puisque Red Bull (97 pts) est suivi de près par Ferrari (93 pts). McLaren est solide troisième avec ses 55 pts tandis que Mercedes (26 pts) et Aston Martin (25 pts) sont au coude à coude. Alpine est la première des trois équipes à ne pas avoir marqué le moindre point, devant Williams et Stake F1 (dites Sauber).

Le prochain rendez-vous de la F1 aura lieu à Suzuka, au Japon, du vendredi 5 avril au dimanche 7 !