La grève à l'usine Renault de Paraná, au Brésil, l'un des facteurs ayant contribué à la chute des immatriculations en mai, a pris fin. Les employés ont repris le travail le 5 juin après 29 jours de paralysie due à la négociation de valeurs telles que le DPP. Le tribunal régional du travail a considéré cette grève comme illégale, le syndicat a donc repris les activités de l'usine.

Selon Renault, 16 400 unités des Kardian, Kwid, Duster, Oroch et Master n'ont pas été produites, ce qui a fortement nui à la marque, surtout après le lancement du Kardian. En effet, il s'agit de l'une des principales nouveautés de cette année, très demandée dans les concessions, mais sans livraisons précisément à cause de l'arrêt de la production. 1 203 unités ont été vendues le mois dernier, contre 1 581 le mois précédent, loin de ce qui était attendu pour un lancement de ce type.

L'usine de São José dos Pinhais (PR) emploie 5 000 personnes, dont 3 500 dans la production et le reste dans l'administration. En termes de capacité, 1 380 unités sont construites par jour dans une usine qui a récemment été modernisée pour la production du Kardian. Celui-ci est le premier modèle d'une nouvelle phase pour la marque à la recherche d'une plus grande valeur ajoutée pour chaque unité et d'une augmentation des ventes.

Renault présentera également deux autres SUV, attendus cette année ou en 2025. Ils suivront ce que le Kardian a présenté, y compris la plateforme RGMP, mais dans ce cas avec un moteur 1.3 turbo et une possible électrification. Il s'agira de modèles plus grands, destinés au segment des SUV de taille moyenne, également produits à Paraná pour le marché sud-américain.