L'époque du salon de Paris est traditionnellement rythmée par la présentation de prototypes, ou concept-cars, tous plus surprenants les uns que les autres.

Lire : Toyota avec deux nouveautés et un concept au Mondial de l'auto à Paris

Certains, cependant, marquent les esprits. On se souviendra de l'impressionnante Citroën C-Métisse, présentée à Paris, en 2006. Suivie, deux ans plus tard, par la Gran Turismo. Ou des Peugeot RC Pique et Carreau, présentées en 2002. En 2000 par exemple, c'était BMW, en plein ère Chris Bangle, qui avec sa Z9, annonçait sa future Série 6.

D'autres, sont tombés dans l'oubli. C'est le cas de la Peugeot Oxia, un coupé présentée en 1988, au salon de Paris. Une extra-terrestre, dans la sage gamme Peugeot de l'époque. Le nom d'ailleurs, est tiré de la planète Mars. Malheureusement, ce concept ne restera qu'au stade de la science-fiction.

Bien dommage. En soi, l'idée d'une voiture de sport chez Peugeot n'est pas si saugrenue que ça. Le Team PTS (Peugeot Talbot Sport) règne en maître sur les routes du monde, aussi bien avec la 205 T16, en rallye, jusqu'en 86, à Pikes Peak, avec la 405, et en rallyes-raid, avec les deux autos.

De même, les moteurs Peugeot font parler d'eux en Endurance, avec, quelques mois plus tôt, le record de vitesse battu dans les Hunaudières, au Mans, avec la WM-Peugeot.

Évocation du futur

Aussi, cette supercar Peugeot Oxia arrive à point nommé. La voiture est équipée du V6 PRV de 2,8l, mais dont la puissance a été poussée à 680 chevaux. Associé à une boite de vitesses manuelle à six rapports, les quatre roues motrices, et seulement 1360 kg sur la balance, avouons que la fiche technique fait rêver. Et sur la route aussi, avec une pointe de vitesse vérifiée à 350 km/h, à Nardo.

Côté style, on retrouve le style Peugeot de l'époque. Avec la calandre coupe-frites, à l'avant, que l'on retrouve évoquée à l'arrière, et les feux très inspiré de la toute nouvelle 405. Les phares, à l'avant préfigurent ceux d'un modèle en préparation, la future 605.

 

 

À l'intérieur, on retrouve un lecteur CD, et une solution maligne, pour éviter les hautes chaleurs dans l'habitacle, l'été. À une époque où la climatisation était encore une option coûteuse, Peugeot avait imaginé un système de panneaux solaires qui permettaient d'aérer l'auto, même avec le contact coupé. Astucieux !

Deux autos ont été produites, à l'époque. L'une d'elle peut se voir au Musée de l'Aventure Peugeot. Le seconde, elle, fut mise en vente en 2009 par Artcurial. Elle fut vendue 141'528 €. 

Lire : Artcurial met en vente l'unique prototype de la Ferrari Dino à Rétromobile

Pour la petite histoire, Peugeot continue régulièrement de sortir des coupés unique. En 1998, ce fut le cas de la Crisalys, en 2000, la 607 féline, et dernièrement encore, de la bestiale L500 R Hybrid.

Concept Peugeot Oxia 1988