Un diesel qui a du coffre !

Il suffit de jeter un coup d’oeil au catalogue Mini pour voir que la gamme ne cesse d’évoluer depuis le retour aux affaires en 2001 sous la bannière BMW. Et si quelques modèles n’ont fait que de rapides passages, du Coupé au Roadster en passant par le Paceman, les fondations sont là. La Mini, désormais aussi en 5 portes, le break Clubman, mais aussi le SUV urbain et premium, le Countryman. Et ce début 2017 voit débarquer la seconde génération de cette maxi-Mini, plus grande, mais aussi mieux équipée que jamais. Mais toujours avec ce style reconnaissable entre mille, à l’extérieur comme dans l’habitacle.

Proposé en essence de 150 et 192 ch, en attendant une version hybride rechargeable de 224 ch, le nouveau Mini Countryman est également disponible en diesel, 150 ou 190 chevaux au choix. C’est ce dernier, le Mini Countryman Cooper SD, que nous avons pu essayer, équipé de la boîte automatique Steptronic à 8 rapports, et en finition Exquisite.

ESSAI Mini Countryman SD 2017

Le look britannique, le sérieux germanique

Avec 3,26 de long, la Mini apparue en 2001 faisait déjà gros bébé par rapport à la Mini d’origine, celle des années 1960. Et pourtant, avec ce nouveau Countryman, on en est désormais à 4,29 mètres de long ! Même par rapport à la première génération, on change de catégorie, en passant d'un véhicule plutôt citadin, à un véhicule dit compact. 20 cm de plus en longueur, 7,5 cm d’empattement en plus, ça fait forcément plus de place pour les passagers. Et c’est ce que voulait Mini !

Mais non content de grandir, ce Countryman II affirme également son caractère avec des lignes plus affutées, moins rondes. Dans la mouvance des dernières évolutions au sein de la gamme. Une agressivité (toute relative), mais également une musculature qui vont à ravir à ce baroudeur des villes. On retrouve les passages de roues avec protections, mais également ce toit "flottant" avec le décroché à l’arrière qui permet d’alléger visuellement l’ensemble. Et puis il y a ce regard qui fait que l’on reconnaît une Mini de loin, plus tout à fait rond, mais désormais avec des LED de jour qui attirent toujours autant le regard. Quelques logos viennent rappeler qu’il s’agit de la version Cooper SD, de même que la calandre en nid d’abeille entourée de chromes et les deux sorties d’échappement à l’arrière. Pour les bandes de capot noires de notre version d’essai, c’est une option à 130 €.

ESSAI Mini Countryman SD 2017

Techno-rétro

Qui dit gabarit en hausse, dit, normalement, habitabilité en hausse. Et c’est bien le cas dans ce nouveau Mini Countryman, ce qui profite surtout aux places arrière. D’autant que la banquette, qui peut accueillir trois personnes, se fractionne en trois parties (40/20/40), et coulisse sur 13 centimètres ! Et en piochant dans les options, les dossiers sont même inclinables. Le coffre aussi en profite, puisqu’il gagne 100 litres par rapport au premier Countryman, et propose 450 litres, 550 litres même quand les sièges arrière sont poussés vers l’avant, et jusqu’à 1390 litres. On est franchement bien à l’arrière de ce Countryman, qu’on soit un bagage dans le coffre, ou un enfant ou même un adulte sur la banquette. En revanche, l'aspect pratique a été oublié lorsqu'il faut passer d'une configuration à une autre, le maniement des sièges étant compliqué, lourd. Dommage.

ESSAI Mini Countryman SD 2017
ESSAI Mini Countryman SD 2017
ESSAI Mini Countryman SD 2017

Mais on est encore mieux à l’avant avec cette présentation typiquement Mini qui continue de faire son effet. On retrouve le grand écran central rond, désormais entouré d’un arc de cercle lumineux configurable selon le mode de conduite choisi (vert en mode éco et rouge en mode sport), ou même le régime moteur. Compteur et compte-tour derrière le volant sont également ronds, tandis que la planche de bord conserve aussi les boutons façons contacteurs dans un cockpit d’avion. On ne s’en lasse pas. Bon à y regarder de plus près, certains beaux matériaux côtoient des plastiques moins sympas, même si chromés pour faire illusion. En revanche, l’insert horizontal qui habille la planche de bord de notre modèle d’essai prend vie la nuit ou dans la pénombre, avec un rétro éclairage du plus bel effet. Quant au toit ouvrant panoramique, même cher en option, il permet à l’habitacle d’être baigné de lumière.

ESSAI Mini Countryman SD 2017
ESSAI Mini Countryman SD 2017
ESSAI Mini Countryman SD 2017
ESSAI Mini Countryman SD 2017
ESSAI Mini Countryman SD 2017

Un habitacle néo-rétro qui se veut également connecté avec l’écran de 8 pouces, tactile, mais qui se manie également grâce à la molette au pied du levier de vitesses. Plus facile quand on conduit. L’interface est hyper-moderne, très facile à intégrer et très colorée, et loin du classicisme de certains constructeurs. On regrette juste l’absence de l’Apple Carplay ou de l’Android Auto, qui permettent de visualiser votre smartphone sur l’écran. Mais Mini devrait y remédier très vite !

Un gros kart

Reste maintenant à emmener ce Countryman SD sur la route. Et première sensation agréable, celle de se retrouver avec une position de conduite un peu surélevée, tout en conservant le caractère Mini. Et malgré son gabarit, c’est bien un (gros) kart que l’on a dans les mains, avec cette direction franche, directe, peut-être un peu trop sur autoroute, mais qui donne le dynamisme à l’auto, de même que son amortissement. C’est particulièrement agréable en ville et sur petites routes !

ESSAI Mini Countryman SD 2017
ESSAI Mini Countryman SD 2017

Côté moteur, notre Countryman Cooper SD est donc équipé du 4 cylindres diesel le plus puissant, développant pas moins de 190 ch, deux petits de moins qu’en Cooper S essence (192 ch). Un moteur associé uniquement à la boîte automatique Steptronic à 8 rapports, et au choix en transmission 2 et 4 roues motrices. Nous avions la première des deux. Le tout bien posé sur la plateforme du BMW X1, et c’est tant mieux. Cela se ressent immédiatement dans le tempérament routier du modèle, même si le train avant a un peu de mal à digérer toute la puissance quand on appuie franchement sur l’accélérateur. Ce qui n’arrive sans doute pas sur la version ALL4. Rien de grave, le Countryman Cooper SD est quand même très agréable à mener, et offre de bonnes reprises ce qui le rend sécurisant et plaisant à conduire. Petit bémol sur le bruit du moteur diesel, là aussi trop présent lors des accélérations. La boîte automatique quant à elle est bien étagée, sans à-coups, et sait très vite se faire oublier, tout en sachant rester réactive à la moindre sollicitation. Notons que plusieurs modes de conduite sont d’ailleurs proposés, Normal (Mid), Sport et Eco (Green), lesquels jouent sur le caractère de l’auto, les montées en régime, l'amortissement, mais aussi sa consommation.

Petit bémol sur le bruit du moteur diesel, là aussi trop présent lors des accélérations.

Et puisqu’il en est question, la consommation moyenne est annoncée à 4,8 litres aux 100 km, ce qui est un peu en deçà de ce que nous avons enregistré lors de notre essai, mais reste plutôt contenu au vu des performances et de l’agrément procuré par ce Countryman Cooper SD.

Dernier point sur les aides à la conduite proposées par ce Countryman de seconde génération. Sur notre modèle d’essai, nous avons pu essayer l’affichage tête haute, très agréable avec son affichage couleur et qui présente la vitesse bien sûr, mais aussi la navigation par exemple. Pratique pour éviter de tourner la tête vers l’écran central. Un écran qui affiche par ailleurs la caméra de recul dans une résolution d'une netteté rarement vue jusqu’à maintenant, toutes marques confondues. Enfin notre régulateur de vitesse adaptatif s’est montré aussi facile à mettre en route et à régler à la vitesse automatiquement reconnue par le lecteur de panneaux, qu’efficace en circulation même un peu bouchée. Et dynamique en reprise quand on double ! Une fois qu'on y a goûté…

ESSAI Mini Countryman SD 2017

Conclusion

Avec l’arrivée de cette seconde génération, la plus grande des Mini évolue dans le bon sens. Que ce soit au niveau de l’habitacle, plus accueillant et plus pratique, que dans les sensations de conduite avec ce moteur Cooper SD de 190 ch. Et toujours avec cette touche fun et moderne à l’intérieur qui plaira particulièrement à une clientèle plutôt jeune, branchée, et forcément un peu aisée.

Et oui, Mini reste une marque ouvertement premium. Et offre donc un prix certes élevé, mais en rapport avec ses prestations. Comptez de base 35’400 € pour ce Mini Countryman Cooper SD, ça ne paraît pas délirant. Mais attention toutefois car pour avoir les jantes qui vont bien, le toit ouvrant, l’affichage tête haute et jusqu’à l’accoudoir central arrière, c’est dans le catalogue d’options qu’il faudra se plonger. Entre sa finition Exquisite (5600€) et ses options (Pack High-tech, Pack City Zen, Pack Evasion), notre Mini Countryman Cooper SD grimpe à 50’350€. On est clairement sur les terres d’Audi et de son nouveau Q2…

Photos : Mael Pilven / Motor1.com

 

 

Points positifs Points négatifs
Look intérieur comme extérieur Bruit du moteur diesel un peu présent
Espace à bord Rétrovision
Caractère moteur                                             Il faut forcément piocher dans le catalogue d'options

Mini Countryman II (F60) Cooper SD 190 chevaux Exquisite BVA

Motorisation Diesel, 4 cylindres en ligne, 1995 cm3, turbo, injection directe
Puissance 190 chevaux / 400 Nm
Type de transmission Traction avant
Transmission Boîte automatique à huit rapports - Steptronic
0-100 km/h 7,7 secondes
Vitesse de pointe 220 km/h
Poids 1540 kilos
Volume de coffre 450 à 1390 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 5,3 l/100 km / Extra-urbain : 4,4 l/100 km / Mixte : 4,8 l/100 km
En vente 2017
Prix de base 35'400 €
Prix de la version testée 50'350 €

Abonnez-vous à la newsletter

ESSAI Mini Countryman SD 2017