Peut-elle faire de l'ombre aux stars du segment des berlines dynamiques ?

Si les normes environnementales sont de plus en plus drastiques, étonnamment, la proportion de voitures à caractère dynamique ou sportif n'a jamais été aussi élevée. Un paradoxe quand on sait que les gouvernements souhaitent la mort imminente du 100% thermique au profit de l'hybride ou de l'électrique. Pour le moment, si nous sommes à l'aube de cette transition énergétique que chaque constructeur semble prendre avec sérieux, il n'en demeure pas moins que sur le marché des berlines dynamiques, l'offre est pléthorique. Une fois n'est pas coutume, c'est Opel qui nous présente aujourd'hui une version légèrement bodybuildée de son Insignia.

Pourvue du blason GSi, trois lettres qui parleront certainement aux fans de la marque, notamment grâce à des modèles comme la Kadett GSi ou encore l'Astra GSi, l'Insignia GSi ne vient pas remplacer la version OPC. Elle se place simplement, pour le moment, comme le fleuron de la gamme en attendant un éventuel retour d'une version encore plus puissante. D'ailleurs, Opel n'a pas tiré un trait sur la gamme OPC, la marque se laisse le temps de la réflexion et souhaite que ce blason équipe à l'avenir des modèles bien plus extrêmes. N'oublions pas que la marque au Blitz détient toujours un moteur V6, de quoi peut-être l'associer à un moteur électrique à l'avenir pour le retour d'un modèle OPC. Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, nous prenons le volant de la plus puissante des Insignia actuellement au catalogue, au sein du Massif des Alpilles, dans le sud de la France.

Opel Insigna GSi 2018

La plus belle berline du moment ?

Si la beauté d'un objet ou bien même d'une voiture reste toujours un élément assez subjectif, de ce point de vue, beaucoup de monde s'accordent à dire que cette nouvelle Opel Insignia GSi est un modèle d'esthétisme. Les lignes sont fluides et élégantes, tout en gardant une touche d'agressivité. Comme la majorité des nouvelles berlines, l'Insignia se plie aux nouvelles normes du marché, avec une ligne de toit très fuyante afin de lui donner ce profil de coupé quatre portes. En termes de dimensions, l'Opel Insignia GSi, en version  berline, mesure 4,91 mètres en longueur, 1,87 mètre en largeur et 1,45 mètre en hauteur. Elle se place à mi-chemin entre les Audi A6 (4,93 mètres), BMW Série 5 (4,94 mètres) et Mercedes Classe E (4,92 mètres), plus grandes qu'elle, et les Peugeot 508 (4,85 mètres), Renault Talisman (4,83 mètres) et Volkswagen Passat (4,77 mètres), plus petites.

Par rapport à une Insignia standard, la version GSi se dote de nouveaux boucliers avant et arrière avec des inserts chromés ou noirs, des jantes de 20 pouces, d'une double sortie d'échappement et d'un petit spoiler à l'arrière (en option à 150 euros). De série, la voiture est plutôt très bien équipée avec les phares full LED à éclairage matriciel, l'amortissement piloté, le système d'aide au maintien dans la voie, le régulateur de vitesse et de distance, le freinage automatique d’urgence en ville, le GPS ou encore la sellerie en cuir.

Opel Insigna GSi 2018
Opel Insigna GSi 2018

Sérieuse mais impersonnelle

Difficile de trouver des défauts à l'intérieur de cette Opel Insignia GSi, surtout au vu des tarifs pratiqués. Les matériaux, sans être au niveau d'une Audi ou d'une Mercedes, sont de qualité et la finition et les ajustements tout à fait corrects. Cependant, même si l'ergonomie ne nous a pas choqués, l'ensemble manque tout de même un peu de personnalité ; d'une identité visuelle forte en somme. On retrouve l'écran qui contrôle le système d'info-divertissement au centre de la voiture, où les graphismes auraient pu être un peu plus soignés soit dit en passant, tout comme l'instrumentation, qui n'est que partiellement numérique avec simplement l'aiguille du compte-tour et les mesures de pression.

Opel Insigna GSi 2018
Opel Insigna GSi 2018

Une fois à bord, nous nous sentons véritablement au sein d'une voiture dynamique avec une position de conduite idéale, même si on aurait aimé un réglage du volant un peu plus en hauteur. Les touches de sportivité ne manquent pas avec un volant à méplat, un pédalier en aluminium ou encore ces sublimes sièges en forme de tête de cobra au maintien parfait. Ces sièges sont d'ailleurs ce qui se fait de mieux sur le marché actuellement avec une multitude de réglages électriques possibles, une alliance antinomique entre confort et fermeté savamment maîtrisée, et tout cela pour seulement 26 kilos par siège.

En termes d'habilité, l'Opel Insignia GSi se débrouille plutôt bien avec un volume de coffre de 490 litres en configuration cinq places. De quoi y loger deux sacs de golf assez aisément. Dommage en revanche que nous n'y retrouvons pas de double plancher. Les places arrière sont accueillantes pour deux adultes et la ligne de toit fuyante ne donne aucun sentiment de confinement. Le contrat est rempli.

Opel Insigna GSi 2018
Opel Insigna GSi 2018
Opel Insigna GSi 2018

Plus dynamique que sportive

Comme énoncé un peu plus haut, l'Insignia GSi ne vient pas se positionner de front face à l'ancienne Insignia OPC. Notre version GSi est équipée d'un moteur quatre cylindres de 2,0 litres qui développe 260 chevaux (à 5300 tr/min) et 400 Nm de couple (à 2500 tr/min). La puissance est distribuée aux quatre roues motrices via une boîte automatique à convertisseur à huit rapports. Opel annonce un 0 à 100 km/h en 7,3 secondes et une vitesse maximale de 250 km/h.

Dans les faits, cela nous donne une voiture plutôt agréable à prendre en main avec un moteur assez volontaire et bénéficiant d'une belle allonge pour un bloc turbo. La puissance maximale est d'ailleurs disponible assez tardivement, ce qui nous donne encore un peu plus l'envie de la cravacher puisqu'elle ne rechigne pas à la tâche. La boîte de vitesses automatique est douce et agréable en conduite souple et coulée. Elle manquera en revanche un peu de réactivité une fois que l'on augmente le rythme. Un peu comme la majorité des boîtes automatiques à convertisseur cela dit.

Opel Insigna GSi 2018
Opel Insigna GSi 2018

Grâce aux quatre roues motrices permanentes, l'Opel Insignia GSi est un véritable rail et est quasiment impossible à prendre en défaut. Que cela soit à la levée de pied ou bien à la remise des gaz, la voiture ne bronche pas et garde le cap. Mieux encore, nous n'avons noté pratiquement aucun sous-virage, même en forçant un peu le trait. Les limites de cette voiture paraissent bien loin, surtout avec ces pneumatiques Michelin Pilot Sport 4S qui assurent un grip assez phénoménal. Il s'agit, en outre, du travail des ingénieurs qui ont certainement concocté l'un des meilleurs châssis de la gamme Opel depuis des années. Les suspensions − pilotées − ont été raffermies par rapport à une Insignia classique. La voiture est mieux tenue et reste relativement ferme sur ses appuis, notamment lorsqu'on la place au freinage. Le train avant est incisif, mais on aurait aimé une direction un poil plus ferme et peut-être plus naturelle pour encore mieux le placer.

Il s'agit, en outre, du travail des ingénieurs qui ont certainement concocté l'un des meilleurs châssis de la gamme Opel depuis des années.

Même si la nouvelle Opel Insignia GSi est plus légère de 160 kilos par rapport à l'ancienne Insignia OPC, il n'en demeure pas moins qu'elle pèse tout de même pratiquement 1800 kilos tout plein fait et avec un occupant. De ce fait, la voiture n'est pas vraiment un modèle d'agilité en courbe, mais force est de constater qu'elle se débrouille plutôt bien malgré tout, notamment grâce à son excellent châssis. Enfin, touchons un mot du freinage : celui-ci est assuré par des étriers Brembo à quatre pistons et de 345 millimètres à l'avant. Les freins tiennent plutôt bien la température, malgré quelques faiblesses notées suite à plusieurs tours de piste à vive allure. Disons qu'ils ne sont pas vraiment fait pour cet usage et que le poids de l'auto en général participe grandement à cet essoufflement un peu prématuré.

Opel Insigna GSi 2018
Opel Insigna GSi 2018

Conclusion, prix et consommations

Difficile de reprocher quoi que ce soit à cette voiture techniquement parlant. L'Insignia GSi coche à peu près toutes les bonnes cases dans tout ce que l'on peut attendre d'une voiture de ce type. En termes de consommations, l'auto a été homologuée, non pas sous la norme NEDC, mais sous la nouvelle norme WLTP, c'est-à-dire que les tests en matière de consommations et de rejets de CO2 se rapprochent grandement de la réalité. Si Opel annonce une consommation mixte aux alentours de 8,6 l/100 km, nos mesures durant notre essai ont été légèrement supérieures, avec des données relevées autour de 11,5 l/100 km. Avouons tout de même que nous avons adopté une conduite plutôt soutenue cela dit.

Lire aussi :

Concernant les prix, il faudra compter aux alentours de 48'000 euros pour une Opel Insignia GSi en France. La voiture est disponible en version essence et en version diesel (210 chevaux) et sous deux types de carrosserie différentes : berline ou break. Malheureusement, si Opel espère faire 5% du mix Insignia en Europe avec la GSi, ce ne sera certainement pas le cas en France. Avec un malus de 10'500 euros pour le modèle essence et le modèle diesel, l'Opel Insignia GSi est déjà presque condamnée. C'est bien dommage car il s'agit clairement d'une excellente alternative aux allemandes et sûrement l'une des meilleures berlines dynamiques actuelles.

Photos : Opel

 
Points positifs Points négatifs
Lignes spectaculaires Direction trop artificielle          
Dotation de série assez riche Malus difficile à digérer
Excellent châssis Poids assez élevé

Opel Insigna GSi

Motorisation Essence, 4 cylindres en ligne, 1998 cm³, turbo
Puissance 260 chevaux / 400 Nm
Transmission Boîte de vitesses automatique à huit rapports
Type de transmission Intégrale
0-100 km/h 7,3 secondes
Vitesse de pointe 250 km/h
Poids 1649 kg
Volume de coffre 490 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 11,2 l/100 km / Extra-urbain : 7,1 l/100 km / Mixte : 8,6 l/100 km
En vente 2018
Prix de base 47'180 €
Prix de la version testée 49'530 €

Galerie: Essai Opel Insigna GSi (2018)