Le Macan s'améliore pour rester dans la course.

En 2018, Porsche a présenté le Macan restylé. Il a été dévoilé en Chine, lors du Salon de Pékin, car plus du tiers des ventes est réalisé dans l'Empire du Milieu. Ce restylage doit permettre au Macan de survivre jusqu'à son renouvellement en 2022. Nous l'avons essayé dans sa version S de 354 ch. Qu'avons-nous pensé du Macan S ? Voici notre verdict !

Porsche Macan S (2019)
Porsche Macan S (2019)

Le Macan S reste une Porsche

Au lancement, Porsche propose deux motorisations. La première est un quatre-cylindres 2.0 L de 245 ch (Macan), la seconde est un V6 3.0 L de 354 ch (Macan S). La marque assure que le V6 est un tout nouveau moteur, développé par le groupe Volkswagen, et qui a la particularité d'avoir un turbocompresseur placé directement entre les cylindres. Cette position doit permettre d'améliorer la spontanéité à l'accélération, puisque le turbo collecte les gaz d'échappement plus rapidement qu'auparavant.

Notre Macan S ne disposait hélas pas du pack Sport Chrono. Ainsi, au démarrage, la sonorité du V6 reste relative. C'est d'ailleurs également le cas lors des accélérations plutôt musclées. Même en enclenchant le mode Sport +, les échappements du Macan S restent un peu discrets, dommage.

Outre la sonorité feutrée, les accélérations du Macan S sont relativement linéaires. Certes, Porsche annonce un 0 à 100 km/h en 5,3 secondes, mais au volant, on ne ressent pas la poussée du V6 ; il manque légèrement de peps. Le Macan S bondit instantanément à l'écrasement de la pédale de droite, c'est un quatre roues motrices typé propulsion. Il est très vivace et nerveux, et il est bien desservit par la boîte PDK à sept rapports qui passe les rapports comme une fusée.

Porsche Macan S (2019)

Une Porsche doit avant tout être une voiture plaisir, et dans ce domaine, le Macan S excelle par son châssis, sa direction et ses trains roulants. Même si le petit Cayenne pèse près de deux tonnes, il est très agréable à conduire et donne le sourire. Son poids est conséquent, et cela se fait ressentir au volant. Mais il avale les virages un à un avec une rigueur assez incroyable pour ce type de véhicule. Le Macan S est comme ancré au sol, il ne bouge pas ! Le plaisir de conduire est accentué par la direction, à la fois consistante et d'une grande précision. Enfin, Porsche lui a greffé des freins qui sont proches de la perfection.

Outre ses gènes sportifs, le Macan S est doux et agréable à conduire à vitesse stabilisée. Sur autoroute par exemple, le Macan S se transforme en routière de 354 ch. Le moteur V6 se fait discret dans l'habitacle, mais il répond aussitôt lorsqu'on a besoin de faire un dépassement. Sur les départementales, le Porsche est tout aussi appréciable et enfile les virages sans secouer ses passagers.

Quoi de neuf ?

Porsche Macan S (2019)
Porsche Macan S (2019)

Pour ce Macan restylé, Porsche n'as pas voulu métamorphoser sa voiture. Il y a seulement quelques améliorations à l'extérieur et à l'intérieur. L'avant n'a presque pas changé, dans la circulation, il est compliqué de faire la distinction avec la version d'avant-restylage. Les designers ont simplement retouché finement le pare-chocs et les optiques, qui sont maintenant à quatre points.

La face arrière accueille désormais la fameuse bande lumineuse que nous avons découverte sur la Panamera et le Cayenne. Les feux sont tridimensionnels et subliment le Macan (avis subjectif). Le restylage du Macan est donc assez léger sur le plan stylistique, mais on comprend tout à fait la volonté de Porsche de reconduire simplement un modèle qui se vend très bien. Depuis sa commercialisation en 2014, la marque a écoulé 400'000 exemplaires dans le globe : c'est le best-seller !

Porsche Macan S (2019)

À l'intérieur, même topo, les modifications sont mineures. Le Macan reçoit un plus grand écran central, qui est passé de 7,2 à 10,9 pouces. Les graphismes de cet écran sont jolis, et sa fluidité est exemplaire. Malheureusement, chez Porsche, on ne veut toujours pas alléger la console centrale qui contient d'innombrables boutons. Il y en a de partout, même dans le plafonnier, et je dois vous avouer qu'il m'a fallu un sacré temps d'adaptation. Le constructeur a ajouté le superbe volant de la 911 et son sélecteur de mode de conduite (non disponible sur notre Macan S d'essai) tiré de la Porsche 918. Derrière le volant, le Macan a toujours une instrumentation analogique caractérisée par trois compteurs. Ce tableau de bord est spécifique aux Porsche, mais à l'ère du tout numérique, cette interface semble un peu dépassée pour un véhicule haut de gamme renouvelé en 2018. Il est certain que la seconde génération du Macan sera plus digitale, il suffit de jeter un œil à l’intérieur de la nouvelle 911 ou de la Taycan pour l'imaginer.

Les points positifs

Les points négatifs

Un design toujours aussi séduisant Intérieur en retrait (par rapport aux autres Porsche)
Un comportement routier exemplaire Une sonorité quelconque sans le Pack Sport Chrono
Accélérations et freinages musclés  
Motorisation V6 3.0 L
Puissance 354 ch
Couple maximum 480 Nm
Transmission Porsche Doppelkupplung (PDK) 7 rapports
Type de transmission Intégrale
0-100 km/h 5,3 s (5,1 s avec le pack Sport Chrono)
Vitesse maximum 254 km/h
Longueur 4,696 m
Hauteur 1,624 m
Largeur 1,923 m (sans les rétroviseurs)
Places 5
Economie de carburant Urbain : 11,3 l/100 km / Extra-urbain : 7,5 l/100 km / Mixte : 8,9 l/100 km
Émissions 204 g
En vente 2019
Prix de base 67'099 euros

Galerie: Essai Porsche Macan S (2019)