Il ne doit pas être confondu avec l'emblématique Niva. Mais il en reprend la philosophie !

Il s'appelle Niva. Mais ne nous méprenons pas, il ne rappelle le célèbre tout-terrain russe que par son nom. En effet, sa conception est complètement nouvelle et il n'y a pas de liens réels avec son ancêtre. Le Niva Travel est en fait la deuxième génération du Chevrolet Niva, un tout-terrain vendu au début des années 2000.

Le modèle dont est dérivé le Travel est né de la joint venture entre General Motors et AvtoVAZ (que l'on appelle Lada en Europe). L'accord a pris fin il y a quelques mois, GM ayant accepté de vendre sa part de 50% à la société russe, qui est entrée dans l'orbite du groupe Renault.

L'idée est d'essayer de reproduire le succès du célèbre Niva en proposant la même formule : un équipement sans trop de prétentions, un prix compétitif et de vraies capacités en tout-terrain.

Lada travaillera en étroite collaboration avec Dacia au cours des prochaines années. De cette alliance naîtront sept nouveaux modèles d'ici 2025, dont deux voitures du segment C. Toutes les nouvelles productions utiliseront la plateforme CMF-B, qui est en fait celle que l'on trouve sur le Niva Travel.

Look robuste

Nos collègues de Motor1.com Russie ont eu l'occasion de tester cette nouvelle Lada. Esthétiquement, le Niva Travel fait référence à l'ancien modèle Chevrolet. Large mais compact et des formes carrées typiques du tout-terrain. Pour autant, à bien le regarder, il faut bien avouer que les lignes sont un poil dépassées, pas trop dans l'air du temps.

En dessinant ce nouveau Niva cependant, les concepteurs avaient à l'esprit les conditions dans lesquelles le véhicule serait utilisé. D'où ces pare-chocs à l'aspect et à la consistance solides, avec des sabots de protection et une bonne garde au sol.

Lada Niva Travel, la prova su strada

Il s'agit évidemment d'améliorer les capacités en tout-terrain et les angles d'attaque et de sortie (respectivement 37° et 36°). Les crochets de remorquage avant sont également plus grands que sur le précédent Chevrolet Niva, ce qui permet de se tirer plus facilement d'affaire.

Sur le plan purement esthétique, il manque les phares Full LED, mais c'est un choix cohérent avec le caractère de la voiture. Nous n'avons pas eu l'occasion d'essayer de conduire la nuit, mais les habitants de Togliatti, le site où nous essayons les voitures où se trouvent les usines AvtoVAZ, nous ont dit que les phares halogènes font un excellent travail.

Son habitat idéal

Le Niva Travel est disponible en deux variantes : une version classique et une version tout-terrain. Ce dernier comporte un tuba, des protections supplémentaires en plastique noir, des roues noires et des détails intérieurs spécifiques. À l'origine, le pack "Off-Road" comprenait également un attelage de remorque. Cependant, l'accessoire n'a pas passé les contrôles internes d'AvtoVAZ et nous ne savons pas s'il sera de nouveau proposé ultérieurement.

Cependant, l'équipement est plus que suffisant pour s'attaquer facilement aux sentiers. En outre, nous savons que l'entreprise travaille sur un treuil et des roues encore optimisées pour améliorer la sécurité en tout-terrain.

Lada Niva Travel, la prova su strada

Pour l'instant, le Niva Travel est équipé de pneus Cordiant All-Terrain. Cependant, la voiture d'essai roule avec des pneus Michelin X-Ice North 4 de taille 215/65 R16 qui sont un bon choix pour ceux qui roulent plus souvent sur asphalte que dans la terre. Au volant, ces pneus sont silencieux et communiquent un sentiment de sécurité sur les routes enneigées et verglacées.

Une conduite solide, mais ne lui demandez pas de courir

Les environs de Samara et de Togliatti se sont avérés être un bon terrain d'essai pour le châssis du Niva Travel. En plus des divers itinéraires hors des sentiers battus, il y a des routes sinueuses et plutôt cahoteuses. Dans ces situations, le Niva fait preuve d'une bonne tenue de route avec un comportement de direction prévisible et une traction efficace grâce aux quatre roues motrices.

La stabilité n'est pas non plus mauvaise, grâce à un travail sur la partie avant (qui est plus légère que le précédent Niva) pour obtenir une meilleure répartition du poids.

En termes de vitesse, cependant, nous devons garder à l'esprit les limites de ce tout-terrain. L'autoroute n'est pas son habitat idéal avec la carrosserie carrée qui n'aide pas l'aérodynamique et, par conséquent, ni à ses performances ni à ses consommations.

Lada Niva Travel, la prova su strada

Théoriquement, la Niva Travel peut atteindre une vitesse maximale de 140 km/h, mais nous n'avons pas dépassé 100-110 km/h lors du test. Ceci pour éviter d'augmenter la soif d'essence et ne pas mettre en difficulté le moteur quatre cylindres 1,7 litre de 80 ch. De manière générale, il ne faut donc pas être pressé lorsque vous conduisez ce Niva. Le 0 à 100 km/h suffit à s'en convaincre : comptez 19 secondes ! 

La puissance réduite du moteur se fait également sentir en dehors de la route. Heureusement, la Lada est équipée de rapports raccourcis qui permettent de se débrouiller dans de nombreuses situations. e débattement important des suspensions aide dans les pentes les plus exigeantes et protège le bas de la voiture qui n'est pas équipée du blocage électronique du différentiel.

Elle a ce qu'il faut

Outre l'extérieur, le cockpit n'est pas non plus des plus modernes. Les plastiques, les commandes et le rembourrage sont pratiquement les mêmes que ceux du Niva d'il y a 20 ans...

Le changement le plus évident est l'écran tactile au centre avec système d'infodivertissement, équipé d'une caméra de recul. Malgré sa conception pas vraiment moderne, le Niva a tout ce dont vous avez besoin : climatisation manuelle, porte-bouteille, vitres électriques et rétroviseurs à réglage électrique. Il y a également un chauffage des sièges avant qui augmente le niveau de "luxe" dans la cabine.

Lada Niva Travel, la prova su strada

Pour ce qui est de l'esapce intérieur, ce n'est pas non plus génial, notamment pour les conducteurs les plus grands qui auront du mal à régler le siège correctement.

Conclusion

En fin de compte, bien que le Niva Travel partage très peu avec la plus célèbre des Lada qui reste toujours très populaire même chez nous, il est imprégné du même esprit. La nouvelle Lada s'adresse au même type de clientèle que le Niva et cherche donc le consensus en se présentant comme un véhicule tout-terrain solide, pratique et sans trop de fioritures.

En Russie, la gamme de prix débute à 747'900 roubles (environ 8200 euros au taux de change actuel), notre voiture d'essai s'affichant elle à 899'900 roubles, l'équivalent actuel de 9900 euros.

Galerie: Lada Niva Travel – Premier essai