Que vaut l'extravagant successeur de la i20 Active ?

Hyundai se lance dans une nouvelle offensive. Et même avec une gamme très complète, notamment niveau SUV, le constructeur pense qu'il y a encore quelque chose à faire dans ce domaine. Ainsi, pour le printemps 2021, le Bayon vient compléter la gamme des SUV par le bas. Et nous avons eu l'occasion de nous glisser à son volant.

Hyundai décrit le Bayon comme un "SUV crossover". De notre côté on préfère presque l'appeler "SUV intermédiaire". En effet, contrairement au Kona, à peine plus grand, il n'y a pas de transmission intégrale, de diesel ni même d'électrique. Il faut plutôt considérer la voiture dont le nom dérive du nom de notre belle ville française de Bayonne comme le successeur de la Hyundai i20 Active.

Mais l'entreprise ne s'est pas contentée de prendre la nouvelle i20, d'y visser du plastique non peint et de relever le tout. Non, le Bayon a un design plutôt extravagant. Il faut aimer, mais une chose est sûre, c'est qu'il est différent sur un segment où tout le monde se copie plus ou moins. Notre avis : à l'avoir devant nous, en vrai, le Bayon est plus agréable à regarder que sur les photos de presse. La couleur sur les photos est appelée vert "Mangrove Green".

Hyundai Bayon (2021) en test
Hyundai Bayon (2021) en test
Hyundai Bayon (2021) en test

En quoi diffère-t-il de la i20 et du Kona ?

Regardons de plus près le Hyundai Bayon : il mesure 4,18 mètres de long, soit seulement deux centimètres de moins que le Kona, mais 14 centimètres de plus que la i20 et quatre bons centimètres de plus en hauteur que cette dernière. L'empattement de 2,58 mètres offre un bon espace dans le Bayon, avec notamment un excellent espace pour les jambes à l'arrière.

Hyundai Bayon (2021) en test
Hyundai Bayon (2021) en test

Le coffre, d'un volume minimum de 411 litres, est également impressionnant. Ici, le Bayon est même 40 litres au-dessus du Kona. En revanche on aime pas trop la poignée d'ouverture en retrait sous le hayon, où l'on peut se salir les doigts. Pour autant, la possibilité de ranger la tablette à bagages derrière les dossiers des sièges arrière est formidable.

Le cockpit du Bayon est indéniablement repris de la i20, ce qui n'est pas un inconvénient. L'écran d'instrumentation numérique de 10,25 pouces est facile à lire, toutes les autres fonctions sont faciles à voir et grâce aux nombreux boutons et interrupteurs réels, elles sont faciles à utiliser.

Hyundai Bayon (2021) en test

Selon l'équipement, on trouve au centre un écran tactile couleur de 8 ou 10,25 pouces. Difficile de parler de la qualité des matériaux, car notre voiture d'essai était un modèle de pré-production. Il était fait de plastique brut, ce qui changera bien sûr d'ici à la commercalisation de la voiture. Il suffit de penser à la nouvelle i20 : pas de plastiques super premium, mais tout est très bien agencé.

Et sinon ? En tant que conducteur, vous n'êtes pas assis très haut dans le Bayon, ce qui confirme la thèse du "SUV intermédiaire". La visibilité vers l'arrière est correcte, également grâce à une troisième fenêtre latérale. 

Hyundai Bayon (2021) en test
Hyundai Bayon (2021) en test

La conduite

Le Bayon que nous avons testé était équipé du moteur essence 1,0 litre turbo de 100 chevaux, de la technologie 48 volts et de la transmission manuelle intelligente à six vitesses (iMT). Si vous le souhaitez, vous pouvez également opter pour une transmission automatique sous la forme d'une boîte à double embrayage à sept rapports. Le moteur de base 1,2 litre à aspiration naturelle développe lui 84 ch.

Soutenu par un son de trois cylindres bien étouffé, je démarre et je remarque rapidement que le changement de vitesse pourrait être guidé avec un peu plus de précision. L'embrayage à commande électronique découple le moteur dans certaines situations de conduite. Cela signifie que lorsque je relâche les gaz, le Bayon "navigue" de temps en temps, mais pas toujours. Intéressant aussi : même lorsque je me tiens aux feux de signalisation avec l'embrayage enfoncé au point mort, le moteur s'éteint.

Hyundai Bayon (2021) im Test

Le rapport de démultiplication en tant que tel est long, c'est pourquoi le Bayon de 100 ch n'est pas un gros moteur. Mais le SUV accélère suffisamment et, hormis le bruit du vent, l'habitacle est encore silencieux à 160 km/h. En revanche, 60 km/h en sixième vitesse ne pose aucun problème. 

La direction s'avère bien équilibrée, et le confort de suspension est parfaitement acceptable, même avec les roues de 17 pouces qui équipaient notre voiture.

Combien ça coûte ? 

La Hyundai Bayon démarre à 17'850 euros* dans la version de base Initia avec 84 ch, climatisation manuelle, radio DAB+, Bluetooth, régulateur de vitesse, reconnaissance des panneaux, vitres électriques avant et arrière, feux de route intelligents... Une voiture donc quand même très bien équipée pour le prix.

Le moteur turbo essence de 100 ch est également proposé en finition Initia dès 20'150 €. Pour la boîte automatique DCT-7, toujours avec le 1.0 T-GDi de 100 chevaux à hybridation douce, le prix débute à 22'300 € car en finition supérieure Intuitive. Cette dernière ajoute notamment la caméra de recul, la compatibilité Apple CarPlay et Android Auto, les compteurs numériques 10,25 pouces... 

Hyundai Bayon (2021) en test

Où cela place-t-il le Bayon dans la comparaison au sein de Hyundai et face aux autres constructeurs ? À équipement similaire, la i20 de base (84 ch, Initia) est environ 1900 euros moins chère, mais la différence varie selon la version et peut dépasser 2000 € en faveur de la i20. Le Kona n'est lui disponible qu'avec le moteur à essence de 120 ch et avec un prix de départ de 24'0€ (120 ch, Intuitive), il est bien plus cher que le Bayon !

Quant à la concurrence, on pourrait pense au Renault Captur, quatre centimètres plus grand que le Bayon. Avec une motorisation essence de base de 90 ch et en finition de base Zen, il est proposé à 21'750 €. Soit bien plus cher que le Bayon à 17'850 €, pour un équipement similaire. Les jantes de 17 pouces en plus.  Mais la garantie de cinq ans de Hyundai en moins.

Note : 8/10

Le nouveau Hyundai Bayon montre ce qu'il est désormais possible de faire sur des plateformes dédiées aux petites voitures : beaucoup d'espace dans un espace réduit pour la circulation. Hyundai envisage la clientèle de ce nouveau Bayon parmi les propriétaires des anciens modèles i20 Active et ix20. Le Bayon reprend effectivement un peu de chaque, mais se fait son propre mélange. Un mix réussi. Reste maintenant à aimer le look. Et ça, la décision revient à chacun. 

Galerie: Hyundai Bayon (2021) premier essai

Hyundai Bayon 1.0 T-GDI (74 kW) 48V iMT

Motorisation 3 cylindres Turbo, hybridation douce 48V, 998 cm3
Puissance 74 kW (100 ch) de 4500 à 6000 tr/min
Couple maximum 172 Nm de 1500 à 4000 tr/min
Transmission Boîte automatique à 7 rapports, double embrayage
Type de transmission Traction avant
0-100 km/h 10,7 secondes
Vitesse maximum 183 km/h
Longueur 4180 mm
Largeur 1775 mm
Hauteur 1490 mm (1500 mm avec jantes de 17 pouces)
Volume de coffre 411 - 1205 Litres
Poids 1120 - 1230 kg
Poids 430 - 540 kg
Émissions 118 - 130 g/km CO2 (WLTP)
Prix de base 20'150 Euros