La Pony Car conserve encore toute son aura...

La plus belle Muscle Car jamais produite ? C'est certainement la plus populaire en tous cas, et si vous voulez en acheter un, vous devez procéder à des vérifications essentielles lorsque vous cherchez une Ford Mustang. Voici comment en obtenir un bon exemplaire.

Prix

  • A restaurer : 4'500€-9'000€
  • Bon état : 14'000€-18,000€
  • Concours : 25'000€-36'000€
  • Voiture la plus chère vendue aux enchères : 1,5 millions d'euros (1967 GT 500 Supersnake)
1966 Ford Mustang A-Code Convertible

Praticité ★★★
Coûts d'entretien ★★★
Pièces de rechange ★★★★
Accessibilité ★★★★
Investissement ★★★★
Désirabilité ★★★★★

Cela semble peut paraître incroyable aujourd'hui, mais la Ford Mustang a bien failli ne pas voir le jour. A l'époque, la direction de Ford pensait en effet que sa mise en production représentait un risque trop important. Malgré cela, Lee Iacocca a reçu le feu vert de ses supérieurs et, en 1964, la 'pony car' de Ford est née.

Ce n’est qu’à ce moment-là que Ford s’est rendu compte que le lancement de la Mustang sur le marché était une bonne chose, car celle-ci s’est rapidement imposée comme la voiture la plus vendue de l’histoire. En un an, près de 420 000 exemplaires ont trouvé preneurs et, un an plus tard, un million de Mustang avait été vendu.

Lire aussi

Il était facile de comprendre pourquoi la Mustang était si populaire. Les acheteurs pouvaient en effet personnaliser leur exemplaire comme jamais auparavant. Outre un choix de styles de carrosserie, cabriolet ou coupé, de nombreuses options de moteur et de boîte de vitesses étaient proposées. L'offre avait débuté avec les six cylindres en ligne 170ci (2,7 litres) ou 200ci (3,27 litres) ou les V8 standard en formats 260ci (4,2 litres) ou 289ci (4,7 litres), avec des carburateurs double corps. Ceux qui cherchaient la puissance ont choisi le Hi-po 289 (connu sous le nom de K-Code), un V8 de 4,7 litres développant 271 chevaux ou, pour ceux qui le souhaitaient, la Shelby GT350 de 1965.

Votre liste d'inspection

Moteur

Les moteurs de grande capacité de la Mustang ne sont généralement pas soumis à des contraintes importantes, et ils peuvent durer un certain temps s'ils sont entretenus correctement. Si ces unités sont négligées, elles peuvent souffrir de problèmes de joints de culasse, alors vérifiez ce paramètre précautionneusement.

Une fois qu'un moteur à six cylindres a accumulé au moins 240'000 km, il pourrait montrer des signes de fatigue du siège de soupape, alors écoutez bien les bruits du moteur. Les acheteurs de voitures à six cylindres n'étant pas forcément des accros de performance, ces voitures ont tendance à ne pas être conduites très vigoureusement ; malgré leur nature 'entrée de gamme', elles sont souvent encore en bon état de marche. Si un six cylindres a besoin d'être reconstruit, ce n'est pas non plus un exercice coûteux, et il est assez facile d'effectuer cette opération à la maison.

Lire aussi

Les moteurs V8 peuvent eux aussi fonctionner sur une longue durée s'ils ne sont pas réglés trop haut, ou s'ils ne sont pas malmenés. Les V8 n'aiment pas non plus les réglages de mauvaise qualité, et si le moteur a été l'objet d'une amélioration significative, essayez de voir qui a fait le travail.

Le problème le plus susceptible de frapper un moteur Mustang est la surchauffe due à un manque d'entretien ; et la taille réduite de son radiateur n'aide pas.

La conversion d’un six cylindres en un V8 est courante et tant que le travail est effectué correctement, la conversion est intéressante. Mais si le moteur a été converti alors que les freins et la suspension ne l'ont pas été, attendez-vous à des problèmes.

Moteur 1966 Shelby GT350

Boîte de vitesses

La plupart des Mustangs étaient livrées avec une boîte manuelle à trois vitesses en standard, bien qu’une boîte manuelle quatre vitesses fût disponible en option à l'époque. Une Cruise-o-Matic auto à trois vitesses était également proposée sur toutes les voitures, à l'exception de celles équipées d'un V8 Hi-Po.

Les boîtes de vitesses manuelles sont les plus susceptibles de poser des problèmes, tandis que la boîte automatique à trois vitesses est la plus courante. Les transmissions manuelles souffrent de synchroniseurs et de roulements usés, mais des pièces sont disponibles. Guettez les bruits suspects, bien que ceux-ci doivent être facilement audibles.

Suspension et freins

Toutes les Mustang ne sont pas équipées de la direction assistée, mais la plupart le sont - et lorsqu’elles sont installées, elles ont tendance à fuir des différents tuyaux et joints.

La suspension a tendance à être fiable, mais si quelque chose ne va pas, elle sera probablement mise à mal par l’usure inégale des pneus. La suspension avant est également généralement fiable, mais analysez les fixations supérieures et les joints à rotule de l'amortisseur et écoutez les grincements des pivots supérieurs. Une suspension fatiguée conduira la voiture à s'abaisser de l'arière, mais toutes les pièces de rechange sont disponibles.

Certaines premières Mustangs sont équipées de freins à tambour aux deux extrémités tandis que d'autres étaient équipées de disques à l'avant. Aucun des systèmes ne permet de faire face à une conduite musclée, mais en utilisation normale, même le système à tambour complet peut parfaitement faire l'affaire.

1967 Shelby GT350

Carrosserie

Les chances de se retrouver en présence de dégâts ou de rouille mal réparés sont assez élevées. L'ajustement du panneau d'origine n'était pas génial à la base, mais une une voiture accidentée et mal réparée aura rapidement un aspect brinquebalent, et son aspect quelque peu bancal devrait vous sauter aux yeux rapidement.

Comme on peut s'y attendre, la corrosion peut être un autre gros problème. Bien que Ford ait galvanisé les seuils, la plupart des Mustang ont été récemment réparés à ce niveau. Et, comme il s'agit d'une zone pas vraiment facile à travail, une impression de rafistolage à ce niveau peut être courante. C'est particulièrement problématique pour les décapotables, alors vérifiez bien que la portière se ferme correctement.

Une fuite dans le toit peut entraîner de l'eau qui s'accumule au niveau du plancher, ce qui peut engendrer un important travail de réparation. Au moins, tous les panneaux – intérieurs et extérieurs – sont disponibles même si certains éléments nécessiteront un certain travail pour les adapter.

Intérieur

Toutes les garnitures intérieures et extérieures sont disponibles en neuf, à l'exception de certains panneaux de garnissage intérieurs qui demeurent uniques. Mais même ceux-ci peuvent généralement être trouvés en occasion.

Les garnitures en chrome n'ont jamais été d'une qualité exceptionnelle. Aussi, ne vous laissez pas rebuter par des pièces qui peuvent sembler moins authentiques et qui ont remplacé les éléments originaux : elles seront moins chères que les pièces de base et auront une durée de vie probablement au moins aussi élevée.

Si les sièges semblent fatigués, ils sont assez faciles à recouvrir, mais essayer de conserver la mousse d'origine si possible. La seule chose qui risque d'être problématique dans l'habitacle est la structure même du siège, qui peut casser, mais il n'est pas difficile de trouver des sièges usagés.

Panneau avant 1967 Shelby GT500

Histoire

1964 : Lancement de la Mustang en avril avec une boîte manuelle à trois vitesses. A partir de septembre, arrivée d'un fastback avec des freins à disque en option.

1965 : Présentation de la GT avec instrumentation à cinq cadrans, un moteur évolué, des freins à disque à l'avant, un échappement double, des autocollants GT et des phares antibrouillard. Introduction d'un intérieur Pony (avec des… poneys en relief sur les sièges). La redoutable GT350 fait également son apparition, avec 306 chevaux, des échappements latéraux, une boîte de vitesse plus résistante, et une suspension Koni abaissée.

1966 : Le tableau de bord à cinq cadrans est désormais standard dans toute la gamme. Commercialisation de moteur 170ci (2.8 litres) et 260ci (4.2 litres).

1967 : Premier restylage avec une carrosserie plus volumineuse et plus lourde. La suspension est révisée et un V8 de 6.5 litres développant 325 chevaux est proposé.

1968 : Lancement d'un V8 de 340 chevaux 428ci (7 litres !), avec des freins à disque à l'avant et une boîte de vitesses automatique. Le moteur 289 est remplacé par un bloc 302ci (5 litres).

1969 : Restylage majeur avec 10 cm de gagnés en longueur, deux phares supplémentaires et débuts de la luxueuse Grandé. L'espace dans l'habitacle est plus important ainsi que dans le coffre et la version Mach 1 est dotée d'entrées d'air, d'un aileron arrière et d'un V8 de 5.7 litres de 250 chevaux.

1973 : Autre restylage majeur : la Mustang s'allonge encore de 20 cm, s'élargit de 15 cm et s'alourdit également de plus de 200 kg. Côté motorisation, on retrouve un six cylindres de 4 litres ou des V8 avec des cylindrées allant de 302ci à 428ci (5 à 7 litres).

1966 Shelby GT350H

Conclusion

La Ford Mustang est une de ces voitures sur laquelle vous ne pouvez pas perdre si vous achetez bien. Bien que vous puissiez avoir de mauvaises surprises, si vous prenez vos précautionneux et si vous vous montrer méthodique au moment de l'achat, vous disposerez une voiture qui sera toujours très demandée, ce qui se révèlera être un bon investissement. Il s'agit de plus d'une voiture totalement utilisable au quotidien.

Le plus gros problème que vous risquez d’avoir est de choisir l’édition à choisir. Côté motorisation, notre préférence va au V8. Ils sont les plus nombreux sur le marché, mais les plus recherchés aussi car ils sont ceux qui procurent une conduite la plus agréable. En prime, ils disposent d'une bande son fabuleuse.

Alors faites-vous plaisir : choisissez une carrosserie et un bon moteur V8. Vous allez adorer…

Galerie: Ford Mustang I (1964-1973)