Les petits moteurs turbo ne sont plus en odeur de sainteté chez Volkswagen.

Du côté de Volkswagen, l'ère des petits moteurs touche à sa fin. Pour le patron de la marque allemande Herbert Diess, le downsizing, très en vogue ces dernières années, finira par atteindre ses limites dans les prochaines années. "La tendance du downsizing est terminée (...) Les émissions ont tendance à augmenter avec la réduction de la taille des moteurs", a ainsi expliqué l'homme fort de Volkswagen. Attendues en 2019, les prochaines normes d'homologation européennes, plus en phase avec l'usage réel, risqueraient en outre de souligner les limites du downsizing. En effet, les performances écologiques des petits moteurs se dégradent sensiblement lorsque la conduite devient plus soutenue, la surchauffe du turbo entraînant une hausse des consommations et des émissions. Cela dit, le bloc 3 cylindres 1 litre que l'on retrouve par exemple sous le capot de la Up! devrait continuer sa route quelques années encore. En revanche, Volkswagen ne développera pas de moteurs plus petits.

Lire aussi:

Dans les faits, cette nouvelle politique concerne surtout les diesels, Herbert Diess déclarant que les petits mazouts n'étaient "tout simplement pas économiques". Avec les prochaines normes européennes, ces moteurs deviendraient trop onéreux pour un constructeur. En conséquence, et toujours selon les propos d'Herbert Diess, aucun bloc diesel ne revendiquera une cylindrée inférieure à 1600 centimètres cubes.

La nouvelle Polo, attendue cette année, pourra encore carburer au diesel. Sera-ce le cas de la génération suivante ? "Difficile à prédire" répond Herbert Diess. Enfin, l'homme s'est fendu d'une remarque assez critique à l'égard du diesel en général, déclarant que "ce n'était pas un choix des consommateurs, mais le résultat d'une fiscalité favorable". Sortis de la bouche d'un dirigeant Volkswagen, empêtré dans l'affaire du Dieselgate, ces mots ont une saveur toute particulière... 

Source : The Telegraph

Lire aussi: