Il y avait même un moteur Peugeot à l'avant d'une Ferrari 360 Modena !

Dimanche, l'affaire a fait le tour du monde. La Police espagnole a annoncé avoir démantelé un réseau de contrefaçon… de Ferrari et Lamborghini. L'affaire était simple : sur base de Ford et de Toyota classique, l'atelier disposait une carrosserie en fibre de verre reprenant les lignes des Aventador ou autres Ferrari 458 Italie. Une affaire qui, semble-t-il, était plutôt lucrative !

S'il est régulier que de telles affaires soient dévoilées en Chine, le procédé est beaucoup plus rare en Europe. Pour la Police espagnole, l'enquête a commencé à Benidorm, dans la province d'Alicante, où une fausse Ferrari a été découverte. Rapidement, les enquêteurs ont réussi à découvrir qui était à l'origine de ces falsifications.

Fake Ferrari and Lamborghini cars in Spain
Fake Ferrari and Lamborghini cars in Spain
Fake Ferrari and Lamborghini cars in Spain
Fake Ferrari and Lamborghini cars in Spain

C'est à Sils, dans la province de Gérone que les résultats de l'enquête ont mené. Ainsi, un atelier clandestin rassemblait à ce moment, 14 fausses Ferrari et Lamborghini, à différents stades d'avancement. Quatre autos avaient déjà été transformées totalement en Ferrari. Elles étaient sur le marché, avec un prix de vente pour l'un d'elle à 40'000 euros. 

Les carrosseries étaient moulées en fibre de verre, est apposées sur les Peugeot, Toyota et Ford. Les "artisans" avaient le sens du détail : une Ferrari 360 Modena s'est ainsi retrouvée avec un moteur Peugeot à l'avant ! Certaines pièces d'origine étaient même utilisées pour les autos. Trois personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire des fausses supercars. Une affaire similaire avait eu lieu en 2013, et qui s'était terminée par l'arrestation de sept personnes, pour la construction de 17 fausses F430 et 458 Italia. Pour le moment, aucune information ne permet de relier ces deux affaires.

Lire aussi:

Abonnez-vous à la newsletter

Les fausses Ferrari et Lamborghini en Espagne