Il en va de l'intérêt du conducteur de rester maître de son véhicule semi-autonome.

Cette semaine, une nouvelle vidéo a émergé sur le web montrant les limites des aides à la conduite sur les voitures semi-autonomes. Cette fois, rien de bien grave mise à part quelques dommages matériels. Mais voilà, cela montre bien qu’il faut être deux fois voire trois fois plus vigilant avec ce type d'assistance.

Dans cette vidéo tournée à Dallas aux Etats-Unis, une Tesla Model S roule tranquillement sur une voie rapide avec l’Autopilot enclenché. Quand soudain, la voie de gauche se rétrécit vraisemblablement à cause des travaux. Malheureusement, le conducteur n'a pas repris le volant et le véhicule a continué son chemin.

Le conducteur de cette Tesla Model S explique : "Je roulais à gauche sur une deux voies. La voiture dispose de l’Autopilot 1 et je n’ai rencontré aucun problème jusqu'à maintenant. Lors des faits, l’Autopilot était enclenché mais ne m’a pas prévenu du danger. Il a mal lu ou vu la route et la voiture a heurté la barrière. Après l’accident, les airbags se sont déployés et il y’avait un peu de fumée."

Ce n’est pas la première fois que les systèmes d'aide à la conduite soient impliqués dans un accident. Mais rappelons tout de même que le seul maître à bord d’un véhicule est son conducteur ! D’ailleurs, la législation française est claire là-dessus et interdit formellement le conducteur à enlever les mains du volant. Il faudrait donc encore plus de pédagogie pour informer et convaincre les propriétaires qu'il ne s'agit pas de voitures 100% autonomes et que nous ne sommes qu'au niveau 2 (voire 3) sur 5 de la conduite autonome. La preuve, comme le montre cette vidéo, les systèmes d'aide à la conduite ne prennent malheureusement pas encore en compte les rétrécissements des voies !

Vous aimerez aussi:

Source: Reddit

Abonnez-vous à la newsletter

Tesla Model S crash