Est-ce vraiment une surprise ?

Il semblerait que Bolloré se détourne définitivement du marché particulier des voitures électriques. C'est en tout cas ce que laissent penser les dernières déclarations de Vincent Bolloré, partagées par l'agence Bloomberg. "Avec les voitures individuelles, cela s'annonce compliqué (...) Nous sommes compétitifs en matière de services, de sécurité mais pas lorsqu'il s'agit de produire massivement", a-t-il en effet déclaré.

L'avenir de la Bluecar risque donc de s'assombrir un peu plus encore. Dans le fond, cela n'est pas vraiment une surprise puisque ce modèle n'a séduit que 944 clients en France l'année dernière, soit une baisse de 19%. Logique, les Bluecar sont aujourd'hui des voitures désuètes qui ne font pas le poids face à la concurrence, notamment à cause de batteries Lithium Métal Polymère très contraignantes.

Vincent Bolloré reconnaît lui-même cet échec à demi-mot. "Lorsque nous avions commencé, nous étions seuls. Maintenant, tout le monde fait de la voiture électrique et nous ne sommes plus compétitifs face à ces marques", a-t-il précisé.

En cas de cessation d'activités sur le marché particulier, qu'adviendrait-il de la Citroën e-Mehari, qui n'est autre qu'une Bluesummer habilement recarrossée ? Difficile de le savoir pour le moment.

Fondée en 2001, la filiale Blue Solutions - spécialisée dans la fabrication de batteries - souhaite recentrer son activité autour de domaines tels que l'autopartage, les transports publics ou les services. Bolloré espère également fournir des flottes de véhicules à diverses sociétés.

Source : Bloomberg

Lire aussi :

Abonnez-vous à la newsletter