Épisode 6 : Michel Vaillant et son univers accueillent des personnages féminins de haut rang !

2017 est l'année du soixantième anniversaire de Michel Vaillant : une exposition à Monaco (du 4 au 9 mai), une décoration spéciale pour les ORECA 07 de l'équipe Vaillante Rebellion aux 24 Heures du Mans, et un 76e album - et sixième de la nouvelle saison - qui marque le retour dans la Sarthe du plus célèbre pilote de la bande dessinée franco-belge. Regard à épisodes sur la "nouvelle saison" imaginée par Philippe Graton et ses complices Denis Lapière, Marc Bourgne et Benjamin Bénéteau, avec dans ce nouvel album une nouvelle touche féminine.

Lire aussi:

Mais tout d'abord, un rappel historique s'impose. Lorsque naît Michel Vaillant en 1957, représenter des jolies femmes dans la bande dessinée franco-belge était bien plus qu'une gageure. C'était un véritable défi aux autorités, notamment en France, en vertu de la loi de 1949 sur "les publications destinées à la jeunesse"... Une arme à double tranchant, pour éviter à la fois aux "têtes blondes" de l'époque d'avoir des "idées", ainsi qu'une invasion trop massive de la bande dessinée belge dans les magazines français.

Michel Vaillant : épisode 6
Michel Vaillant : épisode 6

"Au-delà des femmes dans le sport automobile, Jean Graton a fait oeuvre de pionnier en amenant les femmes dans la bande dessinée, et en se battant pour ça, car à la fin des années 1950 et au début des années 1960, c'était tout simplement interdit, à l'exception de personnages comme Bianca Castafiore," rappelle Philippe Graton. "À l'époque de la naissance de Michel Vaillant, le rédacteur en chef du Journal de Tintin était un ecclésiastique qui s'occupait également d'un pensionnat pour garçons. Et il disait : "s'il y a des filles dans les illustrés, que va-t-il se passer le soir dans les dortoirs ?" Jean Graton s'est donc battu non seulement pour amener des femmes et leur donner un rôle important, mais aussi pour donner une famille à Michel Vaillant... Il savait très bien dessiner les voitures, mais encore mieux les corps féminins !"

Michel Vaillant : épisode 6

Lire aussi:

Dès le premier album Le grand défi (1958) apparaissent ainsi Elizabeth Vaillant, mère de Jean-Pierre et Michel, la charmante Agnès de Chanzy, future madame Jean-Pierre Vaillant... Puis, dans Le 13 est au départ (1961), c'est l'entrée fracassante de Françoise Latour. Elle empoisonne tellement bien la vie de Michel... qu'ils finiront par convoler une décennie plus tard, au fil d'une relation digne de la "screwball comedy" américaine, ces films en forme de comédies sentimentales où deux amoureux passent deux heures à s'écharper pour mieux s'aimer lorsque 'The End' apparaît sur l'écran.

Puis vint le tour des femmes pilotes : citons notamment Gabrièle Spangenberg, Candida Maria de Jesu... Margaret Randson dont la nièce, la belle Ruth, alias Jo Barett, donnera bien du fil à retordre à Steve Warson sur la piste et en dehors... Betty, l'infernale rouquine amoureuse de ce même Steve Warson... Et dans Rébellion, c'est une autre rousse, Elsa Tainmont, qui vient à la rencontre du clan Vaillant... pour le moins interloqué par son premier "Namasté", le salut traditionnel de l'Inde !

Michel Vaillant : épisode 6
Michel Vaillant : épisode 6

Un personnage que Philippe Graton évoque avec un enthousiasme communicatif : "Elsa Tainmont fait partie des apports géniaux de mon coscénariste Denis Lapière, qui a eu l'idée d'en faire une Québécoise un peu illuminée. C'est Steve Warson qui l'a recommandée à Michel Vaillant, et quand ce dernier voit arriver cette fan de yoga, il se demande si son meilleur ami ne lui a pas fait une blague ! D'ailleurs, elle se traine lors de ses premiers essais."

La situation évolue vite cependant : "On va se rendre compte au fil de l'histoire qu'elle est un pilote hors pair, mais totalement ingérable. Elle téléphone même pour dire qu'elle sera en retard au départ des 24 Heures du Mans, et on la voit arriver avec son bébé, dont il faut s'occuper dans le stand pendant la course ! Et nous nous sommes bien sûr régalés avec ses expressions québécoises. Lorsque j'ai fait la relecture intégrale de 'Rébellion' avant l'envoi à l'imprimerie, j'ai ri à certains moments. Je me suis dit que ça ne m'était pas arrivé depuis longtemps avec un Michel Vaillant... Et on doit une fière chandelle à Denis Lapière pour ça !"

Lire aussi:

Parallèlement aux tribulations d'Elsa Tainmont, se développe dans 'Rébellion' une tension dramatique particulièrement prenante jusqu'au coup de théâtre final... Dont on est déjà curieux de connaître les conséquences... Rendez-vous donc l'année prochaine pour l'épisode 7 de cette nouvelle saison !

Suivez les 24 Heures du Mans avec Motorsport Network

Faites partie de quelque chose de grand