Des modifications qui permettent d'abaisser la consommation moyenne.

Ni belle ni moche, la Ioniq est assez classique sur le plan esthétique. Mais après un passage dans les ateliers du garage Bisimoto Engineering, la Hyundai affiche un nouveau visage plus audacieux. Baptisé HyperEconiq Ioniq, ce concept a été mis au point pour le SEMA show aux États-Unis ; il bénéficie d'un ensemble de modifications aussi bien techniques qu'esthétiques.

Lire aussi :

Parmi les changements à l'extérieur, on note d'abord les roues arrière carénées, sorte d'hommage involontaire à la feue Citroën BX. La sage Inoiq s'est également encanaillée en adoptant un kit aérodynamique composé d'un splitter avant et de jupes latérales en carbone. Les jantes de 19 pouces sont elles aussi en carbone tandis que les étriers de freins adoptent quant à eux de l'aluminium.

Plus basse, l'HyperEconiq Ioniq a droit à des moteurs électriques améliorés (Hyundai n'en dévoile pas les spécificités). Cet élément et d'autres petites modifications lui permettent de se contenter de 2,9 litres de sans plomb tous les 100 km (il s'agit de la version hybride non rechargeable). À titre de comparaison, la Ioniq standard en réclame 3,4 litres (chiffres constructeur). Bref, même dans le monde du tuning, la Sud-coréenne reste avant tout soucieuse de ses performances environnementales. D'ailleurs, Hyundai n'a pas un mot pour les performances pures et dures, celles qui semblent parfois appartenir au siècles passé.

Lire aussi :

Essai Hyundai Ioniq

Photo: Motor1.com