Dans son autobiographie, Jenson Button raconte sa relation parfois compliquée avec Lewis Hamilton. Il estime que l'Anglais agissait parfois bizzarement

Dans un extrait exclusif de son nouveau livre Life to the limit, publié par le Daily Telegraph, Jenson Button explique qu'il y a eu plusieurs points de rupture durant la période qu'ils ont passée ensemble, et qu'il trouvait difficiles à comprendre.

Lire aussi:

Le premier est survenu lors du Grand Prix de Turquie 2010, quand Button a déclaré que Lewis Hamilton et lui en étaient presque venus aux mains après avoir été accusé d'ignorer les consignes d'équipe.

"À la moitié de cette première saison, j'étais devant Lewis au niveau des points", écrit Button. "A-t-il aimé être battu par son coéquipier ? Probablement pas, mais c'est un compétiteur et je suis certain que, comme moi, il a apprécié le défi. C'est pourquoi nous avons fait ce que nous avons fait." 

Jenson Button, McLaren, avec Lewis Hamilton, McLaren

"Sur le plan personnel, il était bien avec moi, mais on pourrait dire qu'il était un peu irrité. Je ne pense pas que c'était à son goût, si je suis franc. Et les choses ont un peu mal tourné en Turquie, quand nous avons failli nous accrocher et que ça a mené à une dispute mineure entre nous." 

Lors de cette course, le leader Hamilton était en colère que Button l'ait dépassé à un moment où il pensait que les positions étaient figées. Et plutôt que de revoir les choses avec l'équipe, Hamilton avait confronté Button sur le sujet.

"Sur le podium, il y avait ce que les médias ont appelé un langage corporel 'glacial' et une fête 'muette'. En fait, il est venu directement me voir et m'a dit : 'M'as-tu doublé contre les consignes d'équipe ?'", poursuit Button.

Lire aussi:

"C'était lui le vainqueur. Nom de dieu. 'Non', je lui ai répondu, 'je ne t'ai pas doublé à l'encontre des consignes d'équipe. On ne m'a jamais dit de ne pas te doubler'. Cela lui a laissé penser que l'équipe était de mon côté contre le sien, bien qu'il n'ait jamais expliqué pourquoi ils auraient voulu faire ça, compte tenu que nous allions signer un doublé et que, mis à part nos ingénieurs de course respectifs, personne dans l'équipe n'aurait indiqué qui devait terminer premier et deuxième. C'était un peu bizarre, légèrement inutile, et une preuve de plus que tout n'allait pas bien derrière les sourires."

"J'avais adoré notre rivalité"

Button est également revenu sur le Grand Prix de Belgique 2012, lorsque Hamilton avait posté sur Twitter des données télémétriques secrètes afin de montrer pourquoi il avait été désavantagé par le fait d'utiliser un aileron arrière différent en qualifications.

Button et Hamilton chez McLaren

"Je ne pourrais pas dire ce qu'il pensait", assure Button. "Le mécontentement qu'il montrait visait certainement l'équipe, pas moi, mais j'ai fini par être une victime collatérale car on ne rend pas la télémétrie publique. On ne peut pas faire ça. La capture d'écran montrait des choses pour lesquelles on travaille avec acharnement afin de les laisser à l'abri des regards de nos rivaux. J'ai fait part de mes sentiments à ce sujet."

Lire aussi:

"La version officielle était que j'étais 'déçu'. Si j'avais fait part de ma réaction officieuse, 'WTF' aurait eu l'air fade en comparaison. Mais en même temps, je savais que ça n'était pas personnel. Un peu stupide peut-être. Mais ce n'était pas 'Je déteste Jenson', plutôt 'J'en ai marre de McLaren'. Plus tard dans la saison, il a été annoncé que Lewis allait partir pour rejoindre Nico Rosberg chez Mercedes. C'était dommage pour moi, j'avais adoré notre rivalité. En dehors de la piste, cependant, il était toujours un peu bizarre.

Source: Motorsport.com