Fernando Alonso, deux fois champion du monde de Formule 1, est revenu sur son passage à Indianapolis, en mai dernier.

Au micro de la chaîne américaine CNN, pour son émission "The Circuit", Fernando Alonso est revenu sur ses deux semaines passées au pays de l'Oncle Sam, à apprendre les subtilités de la course sur ovale, tout en tentant de remporter la deuxième manche de la Triple couronne après ses deux succès à Monaco.

La 101e édition de l'Indy 500 (remportée par Takuma Sato) restera en tout cas l'un des souvenirs marquants de la carrière de l'Espagnol, vainqueur de deux titres de Champion du monde de Formule 1.

Alonso à Indy

"C'était fantastique. C'était un événement très émouvant pour moi", explique-t-il. "On est arrivé là-bas sans expérience des courses sur ovale, avec beaucoup de difficultés, ne pas connaître la voiture, les concurrents,... Même les discussions avec les ingénieurs n'étaient pas très utiles les deux premiers jours, car ils parlaient un langage différent de ce dont j'ai l'habitude !"

Lire aussi:

Dans cet océan de nouveautés, une constante est malheureusement restée pour le pilote McLaren, contraint à l'abandon sur casse de son moteur Honda à 21 tours de la fin de la classique américaine. Une fin d'expérience qui a dépité bien du monde mais qui ne doit pas masquer les innombrables acquis récoltés par l'Espagnol et son équipe tout au long des deux semaines.

"C'était une mauvaise coïncidence ! Venir de la F1 avec tous les problèmes moteur qu'on a eu, arriver à Indianapolis et aussi avoir un problème moteur, c'était une mauvaise coïncidence. Mais il y a plein de choses que j'ai apprises et si j'y retourne, toutes ces choses seront plus simples car j'y retournerai mieux préparé."

Arrivé d'un championnat "étranger" (et en plein milieu de saison), Fernando Alonso a été accueilli comme une véritable rock star à Indianapolis, suscitant un engouement jamais vu depuis le début des années 1990, lorsque Nigel Mansell était arrivé en Champion du monde de Formule 1 en titre, en 1993.

Lire aussi:

Un accueil que l'Espagnol a vécu comme une surprise, avant de passer deux semaines à se plonger dans une culture radicalement différente, la course à l'Américaine (et l'IndyCar en particulier) se faisant de manière beaucoup plus proche des fans qu'en Europe par exemple.

Alonso à Indy

"Oui, clairement", répond-il lorsqu'on lui demande si l'accueil réservé par les fans l'a surpris. "C'est une culture différente, une autre manière de comprendre le sport automobile, et le sport en général, beaucoup plus ouvert, beaucoup plus amical pour tout le monde. Imaginez si cette course avait lieu en Espagne, et qu'un Américain était venu, les favoris auraient été les Espagnols, et on les aurait encouragés énormément."

"On a le sentiment que le sport va au-delà des nationalités, tous ensemble là-bas, nous étions des héros pour tout le monde dans les tribunes. Ils nous soutiennent tous de la même manière et ils ont vraiment profité de la course. C'était une bonne leçon aussi."

Source: Motorsport.com