Carnet de route - Engagé sur l'une des Renault ZOÉ officielles, Motor1.com vous propose de vivre l'eRallye Monte Carlo de l'intérieur, comme si vous étiez au volant.

G.N., Monaco - Autant le vendredi soir nous a réservé de bonnes surprises, avec une huitième place provisoire, autant le samedi aura été tout autre. La nuit sur la base de Salon-de-Provence, près des Alpha Jet de la Patrouille de France nous a permis, certes, de nous concentrer sur les quatre spéciales du dernier jour de course, mais il fallait garder à l'esprit que rien n'était fait.

Jour 3
Jour 3

Samedi, dès cinq heures, après un café vite avalé, nous prenons la route de la ZR4. Sur la route, notre système pour la régularité semble montrer quelques faiblesses, mais rien de bien méchant. L'ennui est vite réglé, et la concentration peut se faire sereinement.

Lire aussi :

Située entre Trets et Peyrolles-en-Provence, la spéciale nous fait entrer sur les terres du Monte-Carlo. Pas encore en zone montagneuse, elle nous fait passer par des ravines, le tout dans une ambiance de lever de soleil particulièrement esthétique. Mais pas le temps d'observer le paysage. Nous entrons dans la spéciale avec une ambition, celle de faire la meilleure performance possible. La spéciale se passe idéalement, nous sommes dans un bon rythme, et un bon temps semble se dessiner. Las, tandis que nous approchons des derniers kilomètres, une voiture de chasseur se met devant nous. Moins rapide que nous, nous ne pouvons la dépasser, vu la largeur de la route. De quoi faire chuter notre moyenne, et nous faire prendre des points. Soyons clairs, le top 10 est en train de nous échapper. La punition est immédiate : nous prenons une valise de quarante points. 

Jour 4

Une petite déception, mais ce retard n'est pas inéluctable. Les autres aussi font des erreurs, et Serge l'explique si bien : "Tant que le bal n'est pas fini, on ne paye pas les musiciens". En clair, tout peut encore arriver. C'est dans cette optique que nous entrons dans la spéciale suivante. Plus concentrés que jamais. Et le travail semble payer. La cadence est bonne et nous sommes partis pour signer le scratch. Encore fallait-il que la malchance nous quitte ! À l'entrée d'un village, une voiture avec une remorque se met devant, rattrape un cycliste, mais ne peut le dépasser. En face, plusieurs camping-cars passent. Même en étant expérimenté, ce cas de figure est difficile à éviter, et la valise est cette fois-ci plus grosse : 125 points de pénalité. Désormais, il faut compter sur une fin de rallye "pour le plaisir", et non "pour le résultat". "C'est aussi ça la régularité", relativise Serge. "Si à toutes les courses auxquelles j'ai participé, je te disais le nombre de fois où ce genre de mésaventures m'est arrivé, tu verrais que mon palmarès serait autrement plus fourni, alors qu'il est, je crois, déjà pas mal !" La course sur route ouverte a ses aléas, celui-ci en fait partie.

 

La suite du rallye se déroule de nuit, avec la fameuse étape du Turini. En attendant, et après une étape de recharge sur la base de Draguignan, nos voitures sont en parc fermé à Monaco, et le temps de repos avant 21h nous permet de reprendre un peu de force avant la reprise. Un bon plat de pâtes, une bonne sieste, un petit tour dans les rues de Monaco, et 20h30 arrive déjà. Plusieurs difficultés sont à venir. Sur la liaison, nous serons très surveillés par l'organisation, tandis que la moindre erreur de navigation peut se payer cash. Nous sommes donc vigilants avec Serge, vérifions la moindre intersection, avant d'arriver au bas du Turini, et ses fameux lacets.

Lire aussi :

Le moment est fort. Pour tout passionné du Monte Carlo, cette étape, associée aux villages de La Bollène-Vésubie, le Moulinet, a été le théâtre de nombres de rebondissements dans le Monte Carlo. Peut-être la montagne nous sourira-t-elle ? La conduite, elle, se veut assez sportive dans les épingles. Pour tenir une moyenne de 38 km/h, il nous faut anticiper les courbes, accélérer fort, freiner fort, passer fort, et nous recaler. Avec une difficulté en plus, celle de l'éclairage. Si notre ZOÉ est performante, agile, et plutôt à l'aise dans ces conditions, ses feux ne sont pas adaptés, et la crainte de taper dans les épingles est forte. Néanmoins, tout se passe idéalement. Au moment de passer le Turini, Serge me dit alors : "Klaxonne trois fois". Je m'exécute. Il sourit : "Désormais, chaque fois que tu viendras ici, tu te souviendras avoir klaxonné trois fois, en plein rallye." De ces petites traditions naissent les légendes, dit-on.

Jour 4

Au moment de sortir de la spéciale, nous restons concentrés, avec l'envie de faire aussi bien que dans la première. Mais au moment d'entrer dans la spéciale, nous apprenons son annulation. Une voiture qui remontait en face s'est accidentée. Sans dommages rassure l'organisation, mais de quoi annuler l'épreuve. "Dommage, c'est probablement la plus belle spéciale", regrette Serge. Ne reste plus pour nous qu'à rentrer.

Au parc, nous apprenons que Greg, notre équiper au sein du team Renault, termine 5e, alors qu'une Tesla s'est imposée. L'équipe est forcément déçue, la victoire était l'objectif. Mais la bonne ambiance règne, avec le sentiment d'avoir donné le maximum, aussi bien du côté des Flying Doctors que des pilotes : "Nous sommes ravis d’avoir participé à cette épreuve pour la quatrième fois. Évidemment, nous aurions aimé placer une de nos Renault ZOÉ sur le podium ; il s’en est fallu de peu, car le classement au sein du top 10 final est extrêmement serré. Bravo à ‘Greg’ et Pascal Ferry, qui sont restés en lice jusqu’au bout ! Et une mention spéciale à Stéphane Lahausse, notre pilote de La Garde Républicaine qui est le meilleur ‘rookie’ à l’arrivée de cette édition. Les cinq équipages portant les couleurs de la Z.E. ZOÉ Team ont fait preuve d’un remarquable état d’esprit."

Greg lui aussi se montrait satisfait, en dépit de quelques regrets. "Nous sommes un peu déçus que la nuit du Turini ait été tronquée : nous pensions gagner des places lors de la dernière ZR, particulièrement longue et difficile, avec une route sinueuse particulièrement adaptée aux qualités routières de la Renault ZOÉ. Je pense d’ailleurs que cette épreuve devrait donner plus d’importance au dynamisme, pour mettre en valeur les qualités des voitures et pas seulement celles des experts de la régularité." Il devance Pascal, l'autre spécialiste de l'épreuve de notre équipe, septième au final.

Lire aussi :

Pour nous, des petits regrets sont aussi là. La remorque nous aura coûté cher, avec le titre officieux de meilleurs rookies qui s'envolait. Par chance, il revient à nos équipiers de la ZOÉ de la Garde Républicaine. Une belle performance pour Stéphane et Lionel, totalement néophytes, et pourtant très professionnels. Inès, notre autre équipière, a elle traîné son souci de navigation, le vendredi soir. Elle ferme la marche après avoir signé des temps canon dans la journée de samedi. Le reste, c'est du domaine de la compétition, et rassurez-vous, l'envie de revenir est là, et celle de vaincre le signe indien à la prochaine occasion aussi.

La bonne surprise restera l'étonnante ZOÉ et cette équipe Renault particulièrement solide ! La petite Renault n'a pas démérité et nous a impressionné par son dynamisme et son autonomie. Pour une voiture "de ville", croyez bien qu'elle cache bien son jeu ! Quant aux Flying Doctors, aucun superlatif ne pourra décrire la bonne ambiance qu'ils ont su mettre dans cette équipe, sans pour autant céder d'un centimètre sur l'excellence. Le temps des "au revoir" arrive alors, et un sentiment bien présent, celui du travail bien fait, et de belles choses encore à venir.

Classement final - eRallye Monte Carlo 2017

Classement Équipage Voiture Points
1. Didier Malga - Anne-Valérie Bonnel  Tesla Model S 43 points
2. Piotr Moson - Jérémie Delran BMW i3 54 points
3. Frédéric Mlynarczyck - Christophe Marques Toyota Mirai 57 points
4. Fuzzy Walter Kofler - Franco Gaioni  Tesla Model S 60 points
5. ‘Greg’ - Yves Munier  Renault ZOE  61 points
6. Artur Prusak - Thierry Benchetrit VW eGolf 65 points
7. Pascal Ferry - ‘Gilliocq’ Renault ZOE 66 points
... 14. Stéphane Lahausse - Lionel Billard  Renault ZOE  192 points
... 20. Guillaume Nédélec - Serge Lombard Renault ZOE 361 point
... 23. Inès Taittinger - ‘Biche’ Renault ZOE 1036 points

eRallye Monte Carlo, dans la course avec Renault