Pour la première fois depuis 2000, le diesel passe sous les 50% d'immatriculations.

À peine venons-nous de débuter 2018 que déjà les chiffres de 2017 tombent, notamment en ce qui concerne les ventes de voitures particulières. Et avec pas moins de 2,11 millions de voitures neuves vendues dans l'Hexagone sur les 12 derniers mois, le marché automobile français se porte bien et enregistre une hausse de 4,7% par rapport à 2016 selon les chiffres publiés par le Comité des Constructeurs Français d'Automobiles (CCFA).

Une bonne nouvelle par rapport à ce que les constructeurs tablaient, à savoir une hausse de 3 à 4%. Et ce sont les groupes français qui se démarquent avec une progression d'environ 7%, alors que les constructeurs étrangers enregistrent eux une hausse moyenne de 2%.

Lire aussi:

Chez PSA, l'arrivée récente d'Opel a permis d'augmenter significativement les ventes comme on peut le voir au mois de décembre avec une hausse de 15,57%, la marque au Blitz ayant permis au groupe d'immatriculer quelques 5400 voitures supplémentaires. Pour autant, c'est surtout Peugeot qui pousse PSA vers le haut avec des immatriculations en hausse de 6,59%, quand Citroën baisse de 2,34% et DS de 0,26%. De janvier à décembre 2017, PSA progresse de 10,31%.

La hausse du groupe Renault n'est pas aussi significative : 3,08% en 2017. Sur le mois de décembre, Renault est en baisse de 7,7%, quand Dacia signe une hausse de 12%.

Voici les tendances des ventes françaises chez les constructeurs étrangers en 2017 : 

  • le groupe Volkswagen, premier importateur en France, gagne 1,4% , notamment tiré par Seat et Skoda
  • Toyota progresse de 13,6 %
  • Nissan progresse de 1,5%
  • le groupe BMW, notamment avec sa marque Mini, progresse de 2,4%
  • Daimler, avec ses marques Mercedes et Smart, progresse de 7,2%

Lire aussi:

Le diesel enfin continue de dégringoler puisqu'avec 47,3% des immatriculations des voitures particulières neuves en 2017, c'est la première fois qu'il passe sous les 50% depuis 2000. En 2016, la part du diesel était de 52%. De leur côté, les véhicules à essence représentent 47,6%. La part de voitures électriques progresse quant à elle de 1,2%, et de 3,8% pour les véhicules hybrides.