Le cycle WLTP fait une nouvelle victime !

L'arrivée du cycle WLTP a fait une nouvelle victime au catalogue d'une marque, en l'occurrence la BMW i3 REx, à prolongateur d'autonomie. Plus précisément, c'est en Europe que le petit véhicule de la marque allemande va voir sa carrière s'arrêter, la faute aux nouvelles normes, contrairement aux autres marchés, notamment aux Etats-Unis où elle va continuer sa carrière malgré les doutes qui planent sur elle.

La BMW i3 classique, entièrement électrique, continuera à être vendue sur le Vieux Continent, où elle a même reçu récemment une batterie avec une meilleure capacité afin d'améliorer son autonomie. En revanche, cette version munie d'un petit moteur à essence ne survivra pas aux nouvelles contraintes.

La différence avec l'i3 normale ? Un petit bloc bicylindre de 647 cm3 logé à l'arrière de la voiture fourni par Kymco, qui travaille déjà avec BMW dans le monde de la moto. Ce bloc de 34 chevaux fonctionne en support du moteur électrique, qui développe 170 chevaux, et sert de générateur afin de conserver un niveau de charge de batterie suffisant. Il se déclenche manuellement à partir de 75 kilomètres restants et automatiquement quand la barre des 25 est franchie.

Cela entraîne évidemment des problèmes qui ont réduit son attrait par rapport à l'i3 classique, à commencer par un poids revu à la hausse de 120 kilos. Ce n'est toutefois pas un gros problème en termes de performance car cette version hybride est quand même capable d'abattre le 0 à 100 km/h en 7,9 secondes, contre 7,2 secondes à l'impressionnante version électrique. En revanche, le prix a lui aussi subi un gros coup de fouet, avec des tarifs débutant à 39'700 euros, soit 4700 euros de plus que le prix d'entrée de la BMW i3 classique.