La puissance de cette supercar électrique avoisinerait désormais les 1150 ch.

La prochaine reine des supercars sur le Nürburgring pourrait être japonaise. Le constructeur Aspark a en effet indiqué qu'il souhaitait établir un nouveau temps de référence sur le célèbre circuit allemand.

Ce protagoniste estime que sa Owl, une supercar présentée dans le cadre du salon de Francfort en 2017, peut réaliser un coup sur ce tracé. Pour cela, il faudrait au moins battre la Nio EP9, actuelle détentrice du record dans la catégorie des voitures électriques, avec un chrono de 6:45.90. Mais tant qu'à y être, la Owl pourrait aussi tenter de détrôner la Lamborghini Aventador SVJ qui, avec son temps de 6:44.97, règne dans la catégorie des voitures de série. 

Galerie: Aspark Owl

D'après la fiche technique que publie la marque japonaise sur son site, la Owl est dotée d'une motorisation électrique délivrant 435 ch et 764 Nm de couple. Néanmoins, Top Gear croit savoir que les ingénieurs ont revu leur copie ces derniers mois et que la puissance doit maintenant culminer à environ 1150 ch.

La même fiche technique révèle que la Owl est pourvue de quatre roues motrices et qu'elle ne pèse que 850 kilos. Elle serait capable de réaliser le 0 à 100 km/h en 2 secondes et d'atteindre une vitesse maximale de 280 km/h. L'autonomie est annoncée à environ 150 km mais là aussi, des progrès auraient été réalisés ces derniers temps.

Aspark compte commercialiser 50 exemplaires de sa Owl, à un prix unitaire de 3,1 millions d'euros. Les livraisons devraient débuter en 2020.

Source : Top Gear