Le constructeur britannique craint pour ses exportations.

Depuis quelques mois, ça s'agite de l'autre côté de la Manche. D'une part parce que l'industrie automobile, et d'une manière générale le pays tout entier, doit faire face au Brexit, et d'autre part car les constructeurs craignent pour leurs exportations. Même les petits constructeurs font grises mines. C'est le cas de Caterham qui est contraint de revoir son catalogue pour les exportations européennes. En effet, les modèles 165 et 355 sont officiellement retirés du catalogue d'exportation, pour la simple et bonne raison que la marque n'a pas pu mettre à jour à temps ces deux voitures puisque la réglementation définitive du cycle WLTP a été publiée trop tard.

La gamme anglaise n'est cependant pas affectée par cette réduction du catalogue puisque Caterham est considéré comme un constructeur à faibles volumes, et échappe donc aux réglementations sur son propre marché. Pour en revenir aux exportations, seuls les modèles 275 et 485 sont conservés. La firme britannique estime que cela pourrait réduire de 60 % les activités extérieures de la marque. De quoi compliquer la situation de ce petit constructeur qui reste avant tout un artisan, loin d'être sous les perfusions des grands groupes automobiles.

Simon Lambert, responsable technique et sportif chez Caterham, a déclaré: "Les plus gros obstacles rencontrés par Caterham au cours de cette période de transition ont été le temps et les coûts. La date de mise en œuvre de WLTP a été fixée à un stade précoce, mais en l'absence de réglementation publiée, nous n'avons pas pu commencer à travailler tant que la législation n'a finalement pas été confirmée et aujourd'hui il ne reste qu'un peu plus d'un an."

Sans avoir fait de brillantes études, on se doute bien qu'une petite barquette d'à peine 500 kilos et propulsée par un moteur de K-cars Suzuki, à savoir un trois cylindres turbo essence de 660 cm3, ne pollue pas autant qu'un SUV de plus de deux tonnes et animé, au minimum, par un six cylindres. Sans compter que ces mêmes énormes SUV seront vendus à des milliers d'unités quand Caterham a, par exemple, vendu 71 voitures en France l'an passé. Pour le coup, quitte à réduire les émissions de CO2, ne faudrait-il pas plutôt aider les petits artisans plutôt que de les loger à la même enseigne que de gros constructeurs à volume ? Visiblement, l'Union Européenne ne partage pas cet avis.

Découvrez l'essai vidéo d'une autre anglaise : l'Aston Martin DB11

'

Galerie: Caterham Seven 310