D'après le patron de Mercedes-AMG, Tobias Moers, la demande concernant les pures propulsions est en train de disparaître.

À l'occasion de propos enregistrés par nos confrères britanniques de chez Autocar, Tobias Moers, le patron de chez Mercedes-AMG, s'est confié sur l'avenir de la marque allemande. Il a notamment évoqué l'avenir de la transmission intégrale et sa réponse est claire et nette : "Les clients nous ont donné la réponse et la plupart souhaitent une transmission intégrale. À l'époque où nous avions la Mercedes-AMG E 63 disponible en propulsion ou avec une transmission intégrale en option, plus de 90 % des clients ont choisi les quatre roues motrices. Au sein de la nouvelle E 63, avec le mode drift, vous disposez d'une vraie propulsion mais également de quatre roues motrices." 

Visiblement, Mercedes-AMG ne devrait pas s'arrêter là et proposera encore plus de modèles quatre roues motrices, même jusqu'à la Mercedes-AMG GT, le porte-étendard de la gamme. Toujours selon Tobias Moers : "Quand je pose des questions aux clients de la GT, ils évoquent souvent le passage à quatre roues motrices. Les clients allemands, par exemple, demandent pratiquement toujours des véhicules à quatre roues motrices − je pense que c'est pour la sécurité et la stabilité."

Mercedes-AMG E 63 S
Mercedes-AMG E 63 S

Tobias Moers ne s'est pas uniquement arrêté aux transmissions des futures Mercedes-AMG. Il a notamment précisé que le V8 4,0 litre bi-turbo actuel n'ira pas au-delà des 639 chevaux qu'il développe actuellement au sein de la Mercedes-AMG GT Coupé 4 portes. Pour aller plus loin, le moteur sera couplé à un bloc électrique positionné sur l'essieu arrière. Toutes les futures Mercedes-AMG hybrides seront rechargeables par ailleurs. C'est d'ailleurs la nouvelle berline sportive de la marque qui inaugurera ce système afin de faire face à la Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid.

Concernant le V12, comme nous l'avons évoqué précédemment, il disparaîtra du catalogue. Mercedes l'utilisera peut-être encore sur la prochaine génération de Classe S Maybach, mais pas chez Mercedes-AMG en tout cas. "Avoir un V12 à la fois très puissant et surtout concurrentiel nous obligerait à concevoir un tout nouveau moteur. Aujourd'hui, il n'y a plus de place pour cela", précise Tobias Moers. Vous l'aurez compris, c'est une affaire de CO2, et le V12 ne sera pas le seul concerné. Du côté de l'avenir du V8, certaines variantes plus petites devraient laisser place à un six cylindres suralimenté étayé d'un moteur électrique. Nous pensons notamment à la prochaine génération de Mercedes-AMG C 63. À ce sujet, le patron de Mercedes-AMG est resté évasif en déclarant simplement "qu'il est possible de spéculer là dessus."

Malgré quelques projets antérieurs de redynamiser le SLC et concurrencer la Porsche Boxster, Tobias Moers a déclaré que Mercedes-AMG "n'était pas en mesure de le faire". "Je connais des entreprises qui tentent d'introduire des voitures de sport accessibles pour environ 40'000 euros − elles ne s'en sortent pas si bien. C'est un point d'interrogation pour le moment", a-t-il déclaré. Au lieu de cela, la firme concentre ses ressources sur la nouvelle génération de la SL qui sera développée par Mercedes-AMG et partagera sa plate-forme avec la prochaine GT. "Nous nous concentrons sur la SL pour l'avenir", a déclaré le patron de la marque. "Il s'agira d'une voiture totalement différente − Ce sera une voiture de sport. La société fonctionne à plein régime depuis deux ans dans le cadre du développement d'une plateforme partagée entre les futures GT et SL."

Source : Autocar

Découvrez notre essai vidéo de la nouvelle Mercedes-AMG GT Coupé 4 portes 63 S

'

Galerie: Essai Mercedes-AMG GT R (2017)