Toyota commence à tester la conduite autonome sur le Vieux Continent.

Engagé comme beaucoup d'autres constructeurs dans la course au développement de la voiture autonome, Toyota va procéder à ses premiers tests en conditions réelles sur le Vieux Continent. Ceux-ci se dérouleront en Belgique, dans la ville de Bruxelles, où Toyota dispose d'un centre de recherches. Il seront réalisés avec un prototype de Lexus LS doté d'un système de télédétection laser LIDAR, de radars, de caméras et d'un dispositif de géolocalisation ultra-précis. Le véhicule réalisera durant 13 mois le même trajet en boucle. Une personne sera à bord pour veiller au bon déroulement des opérations et, si besoin, reprendre la main. Elle sera accompagnée d'un opérateur chargé de superviser l’intégralité du système.

Lexus LS autonome

"L’objectif ultime de Toyota est zéro victime de la route, celui de ces essais est d’étudier les comportements divers et complexes des humains et leur impact sur les besoins des systèmes de conduite autonome", a expliqué Gerald Killmann, vice-président Recherche & Développement de Toyota Motor Europe. "Il est donc essentiel de comprendre les comportements, face à la complexité et à la population très diverse d’une grande ville comme Bruxelles, la capitale européenne où cohabitent plus de 184 nationalités".

Toyota a déjà procédé à de multiples simulations et à des tests sur circuits fermés. Le constructeur japonais a en outre mené des essais sur routes ouvertes au Japon et aux États-Unis.

L'expérimentation menée en Europe servira entre autres à recueillir des données pour le projet européen L3Pilot, un consortium réunissant des acteurs de l'automobile, des organismes de recherches et les autorités compétentes. Comme le précise Toyota, ce programme "prépare le terrain d’essais à grande échelle de conduite autonome, qui impliqueront quelque 1 000 conducteurs, 100 voitures et 10 pays d’Europe."

'

Galerie: Lexus LS autonome