Les propos d'Olivier François, le patron de la marque, sont assez clairs.

Après avoir officialisé l'arrivée d'une Fiat Panda 100 % électrique en 2023 et soutenu l'apparition de la 500 électrique dès l'année prochaine, Olivier François, le PDG de la marque italienne, continue de faire un sacré ménage. En effet, dans le but de rationaliser la gamme, le dirigeant français n'hésite pas à affirmer son positionnement concernant l'avenir de Fiat. C'est aujourd'hui la petite 124 Spider qui en fait les frais. Effectivement, la carrière du petit roadster italien ne devrait pas s'éterniser. La 124 Spider, ainsi que sa déclinaison Abarth, ont d'ores et déjà été retirées du catalogue britannique. Elles continuent néanmoins à être vendues au sein du reste de l'Europe et aux États-Unis. Mais pour combien de temps encore ?

Pourtant, la 124 Spider n'est certainement pas un gouffre financier pour Fiat. En effet, rappelons que la voiture partage sa plateforme et son usine avec la Mazda MX-5. Cependant, pour Olivier François, Fiat n'a "aucune légitimité" dans ce domaine. Cela peut paraître étonnant compte tenu du fait que la firme transalpine n'en est pas à son coup d'essai en matière de petites sportives sympathiques avec des modèles comme la Fiat Barchetta, la Coupé, la X1/9, la 124 Spider, la 124 Coupé ou encore la 850 Spider. Cela dit, effectivement, ces modèles sont beaucoup moins "emblématiques" qu'une MX-5 ou qu'une BMW Z4 dans le segment.

Un peu plus tôt cette année, Olivier François s'était confié à nos confrères de chez Autocar concernant l'avenir de la 124 Spider : "Le marché de la 124 est un bon créneau. C’est une activité rentable pour nous, mais uniquement à cause de la coentreprise avec Mazda. C'était une opportunité et nous l'avons prise. Cela rapporte de l'argent et cela ajoute un petit vent de fraicheur à la gamme. Mais je reconnais qu'une telle voiture n'est pas la clé de l'avenir de la marque. Ce n’est pas ce que j’appellerais une Fiat pure et dure, mais pour l’instant, cela reste une opportunité intéressante", précise le dirigeant.

Cela va globalement de paire avec ce qu'il a annoncé à nos confrère de chez Autocar suite à la confirmation de l'arrivée d'une Panda 100 % électrique : "Pour notre future gamme de produits, nous avons besoin d’un équilibre entre deux familles : les 500 et les voitures plus familiales. Il n'y aura pas de grosses voitures, pas de voitures premium, pas de voitures sportives, tout simplement parce qu'elles n'ont aucune légitimité chez nous. Nous serons présents au sein du segment C, mais rien de plus. Tous les modèles seront compris entre moins de 3,5 mètres et 4,5 mètres. C'est là que Fiat disposera ses pions. Nous avons besoin de plus de véhicules électriques. Et nous avons besoin de plus de modèles 500, une famille aujourd'hui légitime qui nous permet de gagner plus d'argent".

'

Galerie: Fiat 124 Spider