La marque compte s'appuyer sur ce qui a fait sa renommée : légèreté et sportivité.

Après une gestation lente et semée d'embuches, l'Alpine A110 du XXIème siècle est aujourd'hui là et fait partie des références en matière de voitures sportives. Tous les essais sont quasiment unanimes, la nouvelle A110 est une réussite et redonne un peu de baume au cœur des aficionados de voitures de sport dans un contexte particulièrement délicat. Les chiffres de ventes parlent d'eux-mêmes d'ailleurs, puisqu'au cours du premier semestre 2019, Alpine a écoulé, en France, 1749 exemplaires. Depuis le début de l'année, à l'heure où nous écrivons ces lignes, il s'est écoulé 2454 Alpine A110, soit plus que toutes les Alfa Romeo vendues en France depuis le début de l'année (2415 immatriculations) ou encore toutes les Jaguar (2293 ventes depuis début 2019). Le succès de l'Alpine A110 est donc indéniable, mais avec un seul modèle à la gamme (et une future A110S prochainement), la marque devra étoffer son catalogue afin de pérenniser son activité.

Sportivité et légèreté

À l'occasion du Salon de Francfort, Thierry Bolloré, le nouveau Directeur du Groupe Renault, s'est exprimé au sujet de l'avenir d'Alpine à nos confrères de chez Autocar : "Oui, il y aura d'autres voitures", a-t-il annoncé d'emblée avant de poursuivre : "Je ne donnerai pas de détails aujourd'hui, mais nous avons été honorés et enthousiasmés par le succès de l'A110 , notamment parce qu'elle est vendue sur le marché des sportives haut de gamme. Les réactions des clients nous motivent et nous voulons enrichir l'offre dans d'autres domaines, mais uniquement si les concepts que nous proposons sont fidèles à la tradition Alpine, c'est-à-dire légèreté et sportivité, avec un certain degré pour la compétition."

Héritage et chasse au CO2

Si Alpine veut bel et bien conserver sa philosophie, un SUV semble donc inconcevable puisqu'il s'agit de l'antithèse même de la sportivité et de la légèreté. Pourtant, cette machine à cash a permis de sauver quelques constructeurs d'une mort assurée. Nous pensons notamment à Porsche au début des années 2000. Après tout, s'il faut passer par des SUV pour continuer à avoir accès à des sportives aussi enthousiasmantes que l'A110, pourquoi pas ? N'oublions pas qu'Alpine, même sous les perfusions du mastodonte industriel qu'est Renault, devra faire face aux nouveaux enjeux environnementaux. Comme vous le savez, l'électrique ne va pas vraiment dans le sens de la légèreté, notamment avec ces packs de batteries lourds et volumineux. La technologie va évidemment évoluer, mais en attendant, les échéances sont courtes et le nouveau patron d'Alpine, Patrick Marinoff, aura fort à faire pour développer une gamme à la fois cohérente avec la philosophie de la marque mais aussi en adéquation avec les attentes du législateur.

'

Galerie: Alpine A110S (2019)