L'odeur du cuir, le bruit d'une portière qui claque, une suspension hydropneumatique toujours hypnotisante quand elle entre en action... Tant de choses qui nous rappellent de bons souvenirs.

Ce sont de belles histoires comme nous aimerions vous en raconter tous les jours, des histoires qui nous rappellent que le temps passe vite, un peu trop vite même, mais qu'il est toujours bon de pouvoir revivre, ne serait-ce qu'une journée. Au sein de la concession Citroën de Reims, le 23 janvier dernier, Jacques Legendre, 85 ans, un ancien commercial qui a travaillé pendant 33 ans pour la marque aux Chevrons, a livré une voiture pour le moins étonnante, surtout au beau milieu de la nouvelle gamme Citroën composée de C3, C4 Cactus ou autres C5 Aircross. Cette voiture, pratiquement tous les Français ont une petite histoire à vous raconter avec, tout simplement parce qu'elle fait partie du patrimoine, tout simplement parce qu'elle fut aussi une véritable petite révolution pour l'industrie automobile à cette époque : la Citroën DS.

Citroën DS 21 Pallas
Citroën DS 21 Pallas

Glorieux passé

L'heureux client qui vient prendre possession de cette Citroën DS 21 Pallas Injection, c'est Jean-Pierre Quenardel. Pour l'occasion, Jacques Legendre rejoue les commerciaux, lui qui a vendu durant ses "années Citroën" quelques DS, et qui ne manquait par d'arguments pour faire succomber ses clients. Les technologies introduites à la voiture suffisaient presque à les convaincre, mais le prix d'achat était plutôt élevé pour l'époque. Néanmoins, avec deux freins à disques, une imposante surface vitrée, un coffre immense et ce confort aujourd'hui encore quasiment inégalé, les clients qui pouvaient se le permettre n'hésitaient pas longtemps.

Cinq années de rénovation 

La remise des clés s'est faite de manière assez symbolique, puisque son heureux propriétaire, Jean-Pierre Quenardel, est aussi celui qui a restauré cette DS. En effet, ce dernier a passé plus de 2000 heures de travail pour restaurer cette DS de 1970, achetée dans les Ardennes il y a cinq ans de cela, dans un état proche de celui d'une épave. Informaticien à la retraite, Jean-Pierre a passé des jours dans les ateliers de l'association Les Belles Champenoises d'Epoque, où il a rénové sa voiture avec pour objectif de lui redonner son éclat d'antan, sans rien ajouter de superflu. L'objectif étant de la rendre aussi belle qu'à l'origine, au moment de sa sortie en concession il y a plus de cinquante ans.

Source et photos : France 3, Théo Wallyn

Galerie: Citroën DS 21 Pallas