Avec un Cx de 0,22 on pourrait penser que cette voiture n'est pas pratique, il n'en est rien.

Pour avoir un bon coefficient aérodynamique (Cx), une voiture doit-elle obligatoirement être basse, fine et élancée avec un long toit qui coule du pare-brise jusqu’à l’arrière, comme le démontrent de nombreuses voitures de sport au Cx ridiculement bas ?

Le contre-exemple parfait est l'Opel G90, un prototype dévoilé au salon de Francfort en 1999 et dont le coefficient de pénétration aérodynamique est de seulement 0,22. Pour faire simple : plus le Cx est réduit, plus la voiture pénètre dans l'air facilement. Cette facilité apporte des avantages évidents en termes de réduction de la consommation de carburant et de silence. Mais comment le constructeur allemand a-t-il réussi à obtenir un Cx aussi favorable à partir d'une voiture ayant la forme d'un monospace, donc en théorie non-optimale ?

Haut, mais incurvé et lisse

L'Opel G90 a une carrosserie optimisée sur le plan aérodynamique, avec le toit incliné vers l'arrière, le hayon vertical, les roues sans ouvertures (les roues arrière sont partiellement dissimulées) et les côtés sont lisses. Toutes ces caractéristiques, ainsi que le carénage du dessous de caisse, améliorent le passage de l'air et, par conséquent, les performances aérodynamiques.

Le G90 est d'une légèreté maximale, ce qui aide grandement pour les chiffres qui vont venir. Ce prototype arrête l'aiguille de la balance à 750 kg, grâce à l'utilisation massive d'aluminium (y compris pour la plate-forme) et de magnésium. Le mélange d'un aérodynamisme bien pensé et d'un poids léger est toujours gagnant : la consommation est estimée à environ 26 kilomètres par litre de carburant, ce qui donne une autonomie d'environ 770 km et seulement avec un réservoir de 30 litres. Faible consommation rime aussi avec faibles émission et les 90 g/km de dioxyde de carbone (d'où le nom de G90) en sont la preuve.

Il y a tellement de Meriva en elle...

Le prototype est très avancé sur le plan technique et aérodynamique, mais cela ne veut pas dire qu'il n'est pas pratique : il dispose d'un coffre de 350 litres avec la banquette arrière en place, mais lorsque les dossiers sont rabattus, il atteint 980 litres. Le dossier du siège avant droit peut également être rabattu pour créer une surface de chargement plane de 2,5 mètres de long. Ce concept car a inspiré la première génération de l'Opel Meriva, qui a été dévoilée en 2003.

Galerie: Opel G90